• 1600 : Licorne du cap de Bonne-Espérance, couagga, hippotrague, antilope pygmée (cap de Bonne-Espéra

    1600 : Licorne du cap de Bonne-Espérance, couagga, hippotrague, antilope pygmée (cap de Bonne-Espérance)

    1600 : Licorne du cap de Bonne-Espérance, couagga, hippotrague, antilope pygmée (cap de Bonne-Espéra

    1759 : « Les cerfs du cap de Bonne-Espérance sont peu différents de ceux d'Europe ; seulement leurs cornes sont sans branches, et leur longueur n'est que d'environ un pied ; elles s'élèvent en forme de spirale dans la moitié de leur étendue. » [François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, 1759] Il s'agit de l'hippotrague noir, également prise pour un cheval avec une seule corne. La même source nomme l'hippotrague bleu « chèvre bleue des contrées du Cap de Bonne-Espérance » et en donne une description complète et très détaillée, en leur rajoutant une barbe très longue.

    1798 : le Baron de Vollzogen associe la licorne du cap de Bonne-Espérance à l'antilope pygmée. « I was told of such a delicate animal, said to be shaped like the wild buffalo, and to have small horns ; but notwithstanding all my endeavours, I have not been able to see it, nor to procure an accurate description of it. The case is the same with the unicorn, said to have been lately discovered in the inferior parts of Africa. A planter, we are informed, saw there an animal shaped like a horse, which had one horn only in its forehead. It was of grey colour, and had cloven feet ; but this observation extended no farther. » [Letter to the editor from a traveler, 1798]

    1817 : C'est dans la région de Lagoa en Afrique qu'« on a récemment prétendu retrouver […] la licorne, ou le monocéros des anciens. […] Un navigateur estimable du seizième siècle a rapporté que les premiers navigateurs portugais virent, entre le Cap de Bonne-Espérance et le cap Corrientes, un animal qui avait la tête et la crinière d'un cheval, avec une seule corne mobile. » On voit là un mélange avec le camphur. « C'est précisément dans cette même région que deux bons observateurs modernes ont remarqué un grand nombre de dessins d'un animal unicorne ; tous les rochers de Cambedo et de Bambo en sont couverts. » Le bon sens commun veut qu'il s'agisse là de gazelles ou antilopes dessinées de profil. « Les colons hollandais affirment avoir vu de ces animaux vivans, et en avoir tué quelques-uns ; ceux-ci ressemblaient à des quaggas, ou chevaux sauvages ; la corne était seulement adhérente à la peau. » [Conrad Maltre-Brun, 1817]

    1829 : Une Géographie Universelle [M. Malte-Brun, 1829] indique que la licorne est censée exister dans la région africaine de Caffrarie. Elle a été vue entre le Cap de Bonne-Espérance et le Cap Coriente par des Portugais au 16è siècle. Elle a la tête et la crinière d'un cheval avec une corne mobile, comme la licorne de Rabelais qui date elle aussi du XVIième siècle. On les retrouve dans les peintures pariétales de la région. Les Hollandais affirment avoir tué des licornes qui sont d'après eux des couaggas avec une corne qui ne tient qu'à la peau comme celle du rhinocéros.

    Un autre dictionnaire de la même année précise que les gravures ont été faites par les Hottentots. [Biot et al, 1817]

    1845 : « On a vu dans la province des Agaus, qui est un pays fourré et plein de bois, cette licorne si fameuse et si peu connue jusqu'à présent. Comme cet animal passe vite d'un bois à un autre, on n'a pas eu le temps de l'examiner ; on l'a néanmoins assez bien considéré pour pouvoir le décrire : il est de la taille d'un beau cheval, bien fait et bien proportionné, d'un poil bai, avec la queue et les extrémités noires. » [Quatremère, 1845]

    1846 : « Les licornes du cap de Bonne-Espérance (Afrique du Sud) sont décrite avec des têtes de cheval, d'autres avec des têtes de cerf. » [Jacques-Albin-Simon Collin de Plancy, 1846]

    Il s'agit certainement d'un mélange entre un couaggas vu de loin et qui remue les oreilles, de gravures d'antilopes vues de profil, et d'un peu de rhinocéros pour la corne.

    L'espèce Equus quagga quagga est actuellement éteinte, exterminé par ces mêmes colons hollandais qui avaient vu en ce zèbre une sorte de licorne.  


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :