• 2014-06-19 Être otherkin

    Être otherkin

    16 Haunted by one's own self

     

    (note : cet article parle des personnes otherkins qui ne parviennent pas à s'identifier en tant qu'autre chose qu'otherkin)

    Des fois j'ai l'impression que les gens ne comprennent pas ce que ça veut dire, être otherkin. Ils s'imaginent que faire trois rêves bizarres, et mordiller ses stylos, suffit à avoir le "seal of approval". Comme si être otherkin c'était rentrer dans un club cool.

    Ces gens là ne sauraient pas faire la différence entre "avoir un look emo" et "être en dépression". D'accord certaines personnes en dépression ont un look emo, mais le fait d'avoir le look ne signifie pas "être en dépression". Et le look emo ne rendra jamais le fait d'être en dépression, "cool". Être en dépression c'est pas un choix, c'est une vraie maladie, ça nous tombe dessus, on se débat, on veut pas, on sombre, on essaye de se suicider non pas pour "faire cool devant les copains" mais parce qu'on se sent mal. On le cache. La plupart du temps, on le cache. On hésite à reconnaître qu'on a besoin d'aller voir un psy, on refuse de prendre ses médicaments même si on sait que ça peut nous sauver la vie, on veut surtout pas que les gens nous voient dans cet état. On a honte. On a l'impression d'être fou.folle.

    Être otherkin c'est pareil. On ne va pas s'en vanter auprès des copains. On ne va pas en faire un mode de vie public - ou rarement en tout cas. On ne va pas coller sa photo en public sur un profil google+ en mettant à côté "je suis otherkin". Ceux qui font ça, vous pouvez être certain.e à 99% qu'ils ne sont PAS otherkin. En fait à chaque fois que vous voyez le mot "otherkin" quelque part, dans votre tête remplacez-le par une maladie mentale comme la dépression ou la schizophrénie ou Asperger. Et demandez-vous si des gens tiendraient les mêmes propos dans ces conditions. Demandez-vous si quelqu'un ayant Asperger dirait "voilà je suis Mona, fille, 15 ans, Asperger et je vais vous parler de MANGAS parce que les MANGAS c'est KOOL et que à cause d'Asperger je suis fan de mangas surtout ceux qui parlent de malades mentaux c'est trop KOOL !" en ne mentionnant plus nulle part le syndrome Asperger se tout le blog, et en ne parlant jamais des difficultés honteuses que ça entraîne. En ne parlant que des "difficultés" "cools" du genre "je suis trop concentré.e sur mes mangas à cause d'Asperger c'est duuuur j'aime trop les mangas à cause de ça !" ou bien "ouaiche comme j'ai Asperger je suis trop intelligent.e et les autres de ma classe ils me traitent de nerd !".

    Des pseudo-kins se comportent pourtant comme ça sur tout le Web. Et si VOUS vous comportez comme ça, je vais vous retrouver, et je vais vous faire effacer le mot otherkin de votre vocabulaire. Sérieusement. Parce que votre comportement est du plus profond irrespect.

    Il y a un type d'otherkin (therian etc.) qui se base uniquement sur les souvenirs d'au moins une vie antérieure non-humaine pour se définir. Or quand on se base uniquement sur des souvenirs, il faut faire attention à ne pas confondre "otherkin" et "vie antérieure".

    Je m'explique.

    Le phénomène d'avoir des souvenirs d'une vie antérieure, est assez répandu. La plupart du temps on se contente de le repousser comme un vieux vêtement usagé que c'était cool de le porter à un moment mais là, on est passé à autre chose. Et puis, il est difficile de faire la différence d'avec des faux souvenirs.

    Des fois ces souvenirs de vie.s antérieure.s sont tellement nombreux qu'il est possible de retracer toute l'histoire d'une vie entière. Là il devient délicat de dire si on est humain.e avec des souvenirs très complet, ou vraiment otherkin.

    La différence entre les deux est simple : quand on est vraiment otherkin, ces souvenirs sont aussi vivaces que si c'était hier. Toutes les émotions associées remontent, pas seulement la connaissance que les faits sont arrivés. On se souvient vividement de ce qu'on mangeait, du goût de la nourriture. De la fois où on a été tellement malade qu'on se vidait par les deux bouts. Des détails concernant l'hygiène ou les soins  médicaux. Des problèmes personnels qu'on avait.

    Les amis, les parents, la famille du temps d'avant nous manque comme si on venait juste de leur dire au-revoir à tout jamais. Comme s'ils venaient juste de mourir sous nos yeux. On se réveille la nuit au souvenir d'anciennes batailles, comme un vétéran de guerre - pas comme un simple cauchemar. Tout a une logique et les évènements se répètent toujours de la même façon. Si on essaye de changer quelque chose, d'imaginer que ça aurait pu se passer autrement, automatiquement on revient toujours à comment ça s'est passé vraiment. Impossible de modifier ces souvenirs-là, ils ne veulent pas se laisser faire. Comme tous les souvenirs de cette vie terrestre qui nous ont marqués.

    Les souvenirs reviennent par hasard, jamais quand on y réfléchi - ou si rarement ! Ils reviennent par association, comme la madeleine de Proust. On a des "trous" dans l'enchaînement des faits qu'on ne parvient pas à expliquer. On a des évènements qui ne semblent coller nulle part. Et un jour un flash, recolle deux bouts ensemble, comme la madeleine de Proust.

    On en souffre. On a l'impression de ne pas avoir bouclé sa vie d'avant, ou même d'être toujours celui qu'on était avant parce qu'on est sous forme humaine pour une raison. Punition, mission scientifique, les raisons sont nombreuses. On a du mal à s'intégrer parmi les humains à cause du poids des souvenirs. C'est ça, être otherkin. Ne pas réussir à s'intégrer non pas à cause des problèmes de la vie présente mais à cause du poids des souvenirs d'avant.

    Si le poids de vos souvenirs n'est pas assez lourd pour vous empêcher de vivre une vie humaine normale sans devoir vous forcer et en souffrir, alors vous n'êtes pas otherkin. Vous êtes humain.e avec des souvenirs d'une vie antérieure non-humaine. Et c'est tant mieux pour vous, car vous ne souffrez pas.

    Puis il y a ceux qui deviennent otherkin par déshumanisation. Viols, maltraitance, stigmatisation sociale, maladies, les raisons de la déshumanisation sont nombreuses. Le résultat est toujours le même : la personne n'est plus une personne.

    Une victime d'actes barbares est très souvent traitée comme un être inférieur par ses bourreaux. Par la parole, les humiliations, et la répétition d'actes comme l'interdiction de dire non, l'affirmation que la personne victime est mauvaise... la victime va se trouver reléguée au rang d'être inférieur à l'humain, non-humain, animal, objet. L'humanité de la victime, ce qui fait que la victime peut se considérer comme une personne humaine, est arraché. Il ne reste plus que ce que le.s bourreau.x ont décidé de ce que la victime serait. Origine du Mal, objet, animal, outil, esclave, chose qui doit se taire, bestiole soumise, rien du tout. La capacité d'être est enlevée. L'humanité est arrachée.

    Nul besoin pourtant de telles barbaries pour faire disparaître l'humanité de quelqu'un. Simplement pointer cette personne du doigt en disant "anormal" à répétition, tout le temps constamment, suffit pour arracher tout ou une partie de l'humanité. Détruire la personne. Enlever l'étiquette de "personne humaine" dans le sens de "quelqu'un d'humain" pour la remplacer par "personne" dans le sens "pas quelqu'un". Pas humain. Autre chose qu'humain.

    Malade, autiste, TOCs ? Pas humain. Transgenre, homosexuel.le ? Pas humain. Pas la bonne couleur de peau ? Pas humain. Pas le sexe que les parents voulaient avoir ? Pas humain.

    Arracher l'humain laisse la place à autre chose. Réveille une vie antérieure. Appelle à créer une autre identité à tout prix. Et ce simplement pour pouvoir exister, pour pouvoir se regarder dans le miroir et se dire "je suis quelque chose". Arrêter de se dire "je ne suis rien". Mais, cet "autre" n'est pas adapté au corps humain. Pas adapté à la situation sociale humaine. Cet "autre" sauve la vie, permet de tenir debout, mais cet "autre" isole. C'est pour ça qu'il y a les communautés otherkins. C'est pour ça que ces communautés sont diverses et variées. Parce que le seul point commun c'est la perte de l'humanité. Pas un choix idéologique. On ne choisit pas de perdre son humanité.

    Les comportements antisociaux que nous avons, ne sont pas à l'origine de notre non-humanité. Ils en sont la conséquence.

    Alors vous voyez, être non-humain ce n'est pas drôle. C'est beaucoup de souffrances.

    Développer une identité non-humaine, permet de conserver une identité et de résister aux conséquences de la déshumanisation. Cette identité peut servir de tremplin pour permettre une ré-humanisation, même partielle.

    L'un des mécanismes est de favoriser à nouveaux les comportements sociaux. En rassemblant les gens dans des communautés otherkins et en leur permettant de partager leurs ressentis, en favorisant les contacts entre les personnes, en encourageant l'expression artistique et l'expression tout court, en offrant une oreille attentive (dans la limite des stocks disponibles et de la gestion des problèmes personnels de chacun), en permettant de partager des techniques de relaxation, en valorisant les uns les autres, ces communautés participent à la ré-humanisation des non-humains. Même si c'est juste un tout petit peu. Même si c'est juste voir les côtés positifs de l'identité non-humaine et pas que les côtés négatifs. Même si c'est juste utiliser l'identité non-humaine pour se (ré)intégrer dans la société humaine.

    Ces communautés encouragent également les contacts interculturels et la confrontation (on l'espère respectueuse) d'idées, qui est également un mécanisme important de (ré)humanisation. Contrairement aux sectes qui elles vont détruire les personnes en prétendant faire l'inverse.

    Les communautés otherkins offrent une identité commune, aussi ténue soit-elle, aussi insignifiante pourrait-elle paraître. Simplement savoir qu'on partage cette particularité, "otherkin" ou "therian" ou quoi que ce soit, avec d'autres, soulage et allège la déshumanisation. Découvrir qu'on n'est pas cinglé.e, qu'on n'est pas seul.e, est un grand soulagement et réduit beaucoup les souffrances des personnes otherkins. Cela participe à la (ré)humanisation.

    Cette ré-humanisation est possible. Difficile, mais possible. Et elle ne retire pas tout ce que l'identité non-humaine a d'enrichissant pour la personne. Tout comme elle ne retire pas non plus le souvenir des souffrances associées. C'est un poids avec lequel on vit, comme on vit avec le poids d'avoir survécu à un cancer. (attention ça ne veut pas dire qu'être otherkin est une tare ou un cancer ; je veux dire que ça reste une souffrance et qu'il ne faut pas oublier que c'est avant tout une souffrance)

    En conclusion, être otherkin ce n'est ni cool ni une mode. C'est soit un moyen de survie contre la déshumanisation, soit un problème au niveau de la mémoire entre deux vies (ou au niveau de la formation de faux souvenirs). C'est la source de nombreuses souffrances au quotidien et ça ne doit pas être confondu avec le fait de se souvenir "comme ça en passant" de vie.s antérieure.s.

    Être otherkin, cela implique d'avoir besoin de la présence d'autres otherkins. Pour se sentir moins seul.e et avancer ensemble sur le chemin de l'intégration à l'humanité.

     

    ADDENDUM : cet article explore uniquement les non-humains n'ayant aucune autre identification possible que l'identification non humaine. D'autres addendums viendront sous la forme d'articles complémentaires

    Pour aller plus loin :

    Un exemple de processus de déshumanisation (cas du pervers narcissique)

    La déshumanisation par objectivation sexuelle : Partie 1 - Partie 2


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Juin 2014 à 15:11
    Copié/collé de mon message sur le forum, car cela peut intéresser les lecteurs de ce site aussi: "Je pense qu'il serait quand même important de mentionner qu'il y a beaucoup de thérians et otherkin dont l'identité n'est ni la source d'un trauma, ni une question de "souvenirs d'une vie antérieure". Le risque avec ton article c'est que l'on réduise le phénomène otherkin aux deux théories que tu proposes, alors qu'il y en a beaucoup d'autre, et du coup ça risque de créer de la désinformation pour les personnes nouvelles sur le sujet qui ne connaissent pas la diversité de nos communauté."
      • ZamikonielZemakoniel Profil de ZamikonielZemakoniel
        Samedi 21 Juin 2014 à 22:29
        Je ne peux parler que par mes observations. Si tu as des informations complémentaires je serai très heureux de les connaîtrais pour pouvoir les analyser et donner mon point de vue là-dessus.
      • ZamikonielZemakoniel Profil de ZamikonielZemakoniel
        Mercredi 2 Juillet 2014 à 12:18
        Comme indiqué sur le forum, j'attends toujours tes exemples afin de pouvoir élargir mes horizons et updater mon article.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :