• 2017-06-24 Transitionner en tant que personne alter-humaine

    Transitionner en tant que personne alter-humaine

    Dans cette petite analyse, nous allons voir quelles sont les revendications politiques des personnes alter-humaines (otherkin, thérian, fictionkin…) en matière de transition ; quelles sont leurs revendications médicales ; quelles sont les choix et désirs en matière de vêtements et d'accessoires ; et enfin, quelles sont les revendications en matière de modifications corporelles esthétiques (non-médicales).

    Au niveau des revendications politiques pour commencer. Les personnes alter-humaines ne demande aucun changement d'état civil : elles ne souhaitent pas que leur espèce soit marquée sur leur carte d'identité ou leur passeport. Elles ne demandent pas non plus des droits spécifiques liés à leur alter-humanité : les alter-humains carnivores prédateurs ne réclament pas d'avoir un permis de chasse gratuitement sans avoir à passer ce permis de la même manière que tout le monde ; il n'y a pas de demande d'autorisation à pratiquer la bestialité impunément en vertu d'une alter-humanité, pas plus qu'il n'y a de revendications de pouvoir maltraiter des animaux ou des humains impunément en vertu d'un « besoin de chasse ». Les personnes alter-humaines ne revendiquent aucunement de pouvoir contourner les lois.

    La seule revendication « politique » des personnes alter-humaines, est la revendication universelle de ne pas être méprisé, moqué ou humilié en raison de cette alter-humanité

    Quant aux personnes qui sont à la fois transgenre et alter-humaines, elles mettent l'accent sur un désir de transition de genre, et non d'espèce : changement d'état civil pour que celui-ci reflète leur genre, changement de prénom pour correspondre à leur prénom choisi en fonction de leur genre – avec des revendications politiques liées à leur transitude : pas de discrimination à l'embauche, protection vis-à-vis des familles abusives à cause de leur genre, couverture médicale respectueuse et adaptée à leur transitude, droit de se marier, droit d'adopter, droit de changer d'état civil sans à être stérilisé d'office, auto-détermination de l'état civil (homme, femme, autre genre) par simple déclaration en mairie.

    Au passage je me permets de rappeler que les personnes alter-humaines ne revendiquent PAS d'être inclues dans la communauté LGBT+ / MOGAI en vertu de cette seule alter-humanité Il n'y a que les trolls pour affirmer cela.

    Au niveau des revendications médicales, les personnes alter-humaines ne réclament aucune transition médicale remboursée par la sécurité sociale. Elles ne demandent pas d'implants d'oreilles ou de queue, de modifications physiques au niveau de leurs organes, rien de tout ça qui soit en rapport avec leur identité d'espèce.

    À nouveau, les personnes qui sont à la fois transgenre et alter-humaines souhaitent une transition médicale remboursée par la sécu, qui est en rapport avec leur genre (hormones, chirurgies, prothèses…) mais pas du tout en rapport avec l'espèce.

    Pour ce qui est de l'aspect psychiatrique, les alter-humains revendiquent de ne PAS être considérés comme souffrant d'une maladie mentale ou un trouble psychiatrique, mais bien, à l'instar de la transidentité, ou de l'orientation sexuelle, comme ayant une identité minoritaire (mais, je le rappelle, les alter-humains ne se considèrent PAS comme étant LGBT+ / MOGAI ! ). Les psychiatres, psychologues et sociologues rencontrés par les alter-humains ou ayant écrit au sujet de l’alter humanité, sont également de cet avis. L’alter-humanité n'est pas une neuroatypie ou un handicap, car elle n’altère pas la vie quotidienne de manière négative. Certes elle a ses petits aléas, mais tous les aspects de la vie ont leurs petits aléas, que ça soit la longueur des cheveux ou des ongles, la taille, la souplesse…

    La suggestion de médicaliser l’alter-humanité comme « désordre d'identité d'espèce » a fait un flop ; à ma connaissance, un seul article a été rédigé sur le sujet (corrigez-moi si j'ai mal fait mes recherches). Et, de la même façon que la transidentité a été reconnue comme étant une identité et pas un trouble, l’alter-humanité est elle aussi, une identité, et pas un trouble.

    Le fait qu'on puisse observer de la comorbidité avec des neuroatypies (autisme…) ou des maladies (dépression…) n'y change rien. L’alter-humanité n'est ni un trouble, ni une maladie, ni une neuroatypie, et les personnes alter-humaines souhaitent que cela continue d'être reconnu.

    Pour ce qui est de la tenue, les personnes alter-humaines ne souhaitent pas pouvoir passer leur temps à porter un costume complet à la manière des furry en convention. Néanmoins il y a un désir de non-jugement quant au port d'éventuels accessoires (qui ne sont d'ailleurs pas systématiques au sein de la communauté) comme des oreilles sur un serre-tête, une fausse queue… ; à un maquillage pouvant paraître incongru (bandes noires d'un blaireau, marquage spécifique d'un faucon pèlerin…) ou à une couleur de cheveux parfois un peu hors du commun (cheveux bleus d'une sirène ou d'une licorne, cheveux gris pour un loup gris, rayés pour un tigre ou un chat…). Ces revendications d'acceptation d'une apparence originale d'un point de vue maquillage et accessoires, ne dépasse pas les revendications de non-jugement d'autres communautés comme les émo, gothiques, punk et j'en passe. D'ailleurs, cette accessoirisation de la tenue n'est pas systématique, ni à l'intérieur de la communauté, ni au quotidien pour une personne qui parfois y a recours mais pas tout le temps. En effet l’alter-humanité est une identité, pas un style vestimentaire ; et même si elle s'exprime par certains accessoires, chaque personne alter-humaine l'adapte en fonction de ses désirs, besoins, et de son environnement.

    Le dernier aspect que nous allons aborder, est l'aspect des modifications corporelles. Beaucoup de personnes alter-humaines souhaitent pouvoir afficher une modification corporelle en rapport avec leur 'type : le plus souvent il s'agit d'un tatouage ou d'un piercing. Dans ce cas, comme pour les vêtements et le maquillage, les alter-humains demandent à ne pas être jugés là-dessus. Ce n'est pas un peu d'encre sous la peau ou un trou à-travers la peau, qui altèrent les capacités cognitives et professionnelles d'une personne. Mais cette revendication est valable pour d'autres communautés, comme les punks, les bikers, etc. Ce n'est donc, là encore, rien de spécifique à la communauté alter-humaine

    Quant aux personnes qui souhaitent entièrement modifier leur corps pour des raisons esthétiques, penchons-nous sur quelques exemples.

    Le célèbre Stalking Cat ( https://en.wikipedia.org/wiki/Stalking_Cat ) a réalisé ses modifications afin de ressembler à son totem, le tigre ; cela n'est donc pas en rapport avec l’alter-humanité mais avec les croyances de son peuple.

    Erik Sprague ( https://en.wikipedia.org/wiki/The_Lizardman ) est clairement un artiste qui vit de ses modifications corporelles.

    Tom Leppard ( https://en.wikipedia.org/wiki/Tom_Leppard ) souhaitait simplement entrer dans le Livre des Records.

    Katzen la femme tigre ( https://en.wikipedia.org/wiki/Katzen_(performer) ) avait une obsession pour les rayures, et a vécu un moment en tant qu'artiste tatouée. Là encore, toujours aucun lien avec l’alter-humanité

    Luis Pandron ( https://fr.metrotime.be/2017/05/04/actualite/photos-depense-pres-de-30-000-euros-ressembler-a-elfe/ ) souhaitait simplement exprimer sa fascination pour l'héroïc fantasy.

    Pareil pour Melynda Moon ( http://www.jdubuzz.com/2015/04/20/elle-se-fait-operer-pour-ressembler-a-une-elfe/ ) et beaucoup d'autres personnes qui pour des raisons esthétiques, choisissent de se faire tailler les oreilles en pointe. Ou, pour d'autres, se faire « splitter » la langue pour qu'elle ressemble à celle d'un reptile.

    Vinny Ohh ( https://www.foozine.com/cet-homme-a-depense-pres-de-60-000-en-chirurgie-pour-ressembler-a-un-alien-asexue-22530 ) pour finir, me semble plus en train de chercher à réaliser une transition non-binaire qu'une transition d'espèce – et de par son travail, entre autres en tant que mannequin, ses modifications corporelles lui apportent un regain de notoriété. Iel est donc à mon avis encore un-e autre artiste de la modification corporelle, en plus d'être transgenre non-binaire. En effet sa manière de se reconnaître comme « alien asexué » a beau faire d'ellui la personne la plus « alter-humaine » du lot, son désir de modifications corporelle semble émaner avant tout d'un désir de transition de genre et non d'espèce.

    En conclusion, nous pouvons affirmer que les personnes alterhumaines ne souhaitent pas effectuer de transition d'espèce à proprement parler, mais simplement de ne pas être jugées ou harcelées, et de pouvoir exprimer leur identité par des détails esthétiques sans être rejetées par le reste de la population.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Avril à 22:46

    le hasard d'internet m'a conduit ici. j'ai une curiosité pour les choix que l'on fait parce qu'on s'y sent poussé de l'intérieur (désolé, c'est sans doute très mal formulé). je cherchais un témoignage sur le fait de "retransitionner", mais j'ai passé plusieurs page google sans rien trouver. 'paraît que le mot n'existe pas. he
    et puis je tombe sur cet article. et comme je ne comprends pas certains mots, je lis d'autres articles.
    mais je reviens à celui-ci pour te dire mes impressions.

    les personnes trans, ça va, c'est simple à comprendre.
    ceux qui "retransitionnent", je potasse dessus.
    mais les "kin", là ça me dépasse un peu (seulement un peu?).
    se sentir à ce point habité par une identité non-humaine, c'est costaud comme concept.
    question : est-ce qu'une personne se disant réincarnation d'une personne décédée est "kin"? je pense à ça vu que tu dis que spiritualité et psychologie valent autant l'un que l'autre, et par rapport à cette histoire par exemple :
    http://www.psychologies.com/Planete/Paranormal/Articles-et-dossiers/L-incroyable-histoire-de-James-Leininger-l-enfant-reincarne

    là où je suis encore plus largué c'est avec "fictionkin". je comprends qu'on puisse "se reconnaître" dans un personnage de fiction parce qu'on réagirait de la même façon, qu'on a eu le même vécu, etc, mais aller jusqu'à se dire "je SUIS ce personnage", c'est vraiment spécifique.

    je pense à mon petit garçon, qui me dit que, quand il sera grand, il voudrait être un Pikachu. il a cinq ans, c'est mignon quand il dit ça... à en croire tes articles, il semble qu'on puisse vivre "normalement" avec cette particularité. c'est juste que je me demande si ce n'est pas juste une façon de fuir le monde réel... le fuir, ou mieux le supporter?

    à côté de ça tu mets en avant des exemples de personnes qui ne sont pas "kin", et bien que leur aspect physique soit parfois radicalement changé, leurs motivations semblent bien plus rationnelles et classiques que le grand public ne le pense.

    je reviendrai. ^^

      • Lundi 16 Avril à 12:20

        Je crois que "retransitionner" en fait ça se dit "détransitionner" ;) C'est assez rare qu'une personne "détransitionne".

        Le phénomène de réincarnation d'une autre personne humaine, est appelé "factkin" si la personne s'identifie toujours comme cette personne. Sinon, c'est juste "vie antérieure". (Je n'ai jamais rencontré une personne "factkin" d'une célébrité vivante ; les personnes qui prétendent l'être et que j'ai trouvées sur Tumblr sont toutes des trolls, au même titre que les "foodkin" et autres "kintypes" de substances corporelles)

        Il faut faire la différence entre un enfant qui dit "j'aimerais être ça en grandissant" et une personne qui, en grandissant, garde le sentiment profond d'ÊTRE autre chose. C'est aussi, là encore, différent du fait de se reconnaître beaucoup dans quelque chose d'autre (ça se dit other-hearted). Comme tu le dis, se ressentir ÊTRE un personnage de fiction (ou une autre espèce, ou une créature mythologique...) c'est très spécifique. Beaucoup d'ados (sur Tumblr notamment) confondent "other-hearted" et "otherkin / fictionkin / thérian" et listent des dizaines de personnages fictifs comme leurs "fictotypes" mais c'est une erreur de vocabulaire. J'ai moi-même trois heart-types fictifs (Lady Amalthea, Sherlock Holmes, et un Professeur Pokémon quelconque), mais étant également otherkin, je sais faire la différence entre kintype ( "c'est moi" ) et heart-type ( "c'est comme moi" ; "j'aimerais être comme ça" ). Je pense que pour le petiot, il est heart-type Pikachu. (mais il faut se souvenir que comme tous les autres aspects de l'identité personnelle, ça peut changer et évoluer avec le temps)

        Une personne otherkin ne "fuit" pas le monde réel, mais le perçoit différemment. Il ne faut pas oublier que le fait d'être kin est souvent accompagnée d'une neuroatypie comme l'autisme par exemple, ou le fait d'être sur le spectre des genres non-binaires, voire d'être transgenre binaire. Le cerveau est bidouillé différemment, on ressent le monde différemment, on se ressent soi-même différemment. C'est normal et naturel, juste peu commun.

        Ah et petite mise à jour concernant une femme-dragon transgenre nommée, de mémoire, Tiamat (pas présente dans cet article) : elle est bien otherkin et c'est pour cette raison qu'elle a choisi de faire des modifications corporelles, mais elle vit dans un contexte particulier qui lui permet, comme les autres personnes dont je parle dans cet article, de vivre en tant qu'artiste de modifications corporelles. C'est le seul exemple que j'ai de personne otherkin ayant fait des modifications corporelles de ce type. Elle est l'exception plutôt que la règle. Mes camarades et moi-même nous nous contentons de dessins, de kigurumi (pyjama-grenouillère-déguisement) et autres accessoires facilement amovibles et nous ne les portons pas dans des milieux comme l'université ou le travail. Code vestimentaire oblige.

    2
    Lundi 16 Avril à 13:22

    merci pour cette ample réponse! j'y vois déjà plus clair :)
    au passage j'ai jeté un oeil à tes dessins, j'aime bien ceux en ligne clair (noir et blanc ou feutre couleur), c'est très élégant.

      • Lundi 16 Avril à 13:40

        C'est un style qui s'appelle "zentangle" ;) y'a des tutos plein le web si jamais ça te démange de faire pareil

      • Lundi 16 Avril à 20:58

        merci mais je pense pas que ce soit mon style. et puis j'ai un blog BD, question dessin j'ai beaucoup à faire avec les chapitres de mon histoire^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :