• 2018-04-11 La spiritualité rationnelle

    La spiritualité rationnelle

    Ça fait un bail que ça me démange de parler de ça, alors me voilà avec un petit râlage fait maison. Je veux parler bien évidemment des personnes qui se cachent derrière leur spiritualité pour affirmer des choses complètement nawak, voire fausses et malsaines, sous prétexte que, c'est leur spiritualité donc c'est important. Un peu comme les complotistes qui croient que la vérité c'est quelque chose qu'on trouve uniquement dans son cœur et pas en faisant des études.

    Reprenons les choses depuis le début voulez-vous bien ?

    Quand on est otherkin, on est souvent à jongler entre la réalité physique du monde objectif, et la réalité subjective de ses propres ressentis. Et beaucoup de personnes commencent leur exploration de leur identité alter-humaine en se retrouvant face à des réalités physiques qui semblent incompatibles – quand ce ne sont pas des trolls anti-kin ou anti-LGBTI+ qui s'en chargent à notre place. Or, les deux ne sont en rien incompatibles !

    Certes, il y a le monde physique. Tangible. « Réel » pourrait-on dire – comme si la subjectivité était « fausse ». Le monde dans lequel nous baignons toustes et que nous avons toustes en commun. Un monde que nous aurons beau interpréter de la manière que nous voudrons, ça ne fera pas disparaître la Tour Eiffel, ça ne rendra pas les vaccins toxiques, ça ne changera pas l'orientation romantique / sexuelle des gens, et ça ne fera pas de Macron un reptilien. C'est le monde qu'étudient les physiciens, les astronomes, les biologistes, les archéologues. Si on n'a pas de preuve, on ne dit rien sur le sujet. Quand on ne sait pas quelque chose, on le dit. Quand on découvre qu'on s'est trompé car de nouvelles informations viennent remettre en question des conclusions, on reprend tout depuis le début pour voir où ça a merdé.

    Dans ce monde, nous sommes toustes des Homo sapiens. Pas besoin de nous le rappeler, nous sommes au courant du corps que nous avons, merci bien. Nous ne pouvons pas voler, nous avons besoin d'une nourriture propre au régime omnivore opportuniste de notre espèce, et les végétalians se complémentent en B12 pour éviter d'en mourir. Et nous sommes, pour la quasi-totalité, parfaitement fonctionnel's au quotidien.

    En parallèle au monde physique, tangible, objectif, et désenchanté, il y a la réalité subjective de note esprit. Celle dans laquelle baignent les sciences historiques et sociales, les sciences psychologiques, et la formation de l'identité. Tout ce qui touche au fonctionnement de notre cerveau, à notre manière de faire l'expérience du monde, à nos sentiments, nos ressentis, nos sensations, et à notre manière d'interpréter tout ça. La spiritualité, la religion, font partie de ce monde.

    Dans ce monde subjectif, tout peut se dérouler. Absolument tout. Il n'y a qu'à observer les sociétés contemporaines au sujet de l'orientation homosexuelle / homoromantique : le point de vue des gens va de « c'est un péché mortel, c'est un crime, c'est une abomination » à « c'est cool, peace and love les gens, pour vous marier faut demander tels papiers à la mairie, pour adopter c'est ce formulaire, bonne journée ». Le fait reste le même : il y a des gens qui sont attirés romantiquement et/ou sexuellement, par des gens du même genre social. La réaction sociale, le jugement subjectif, seuls varient. Les deux mondes, objectif et subjectif, ne sont pas incompatibles, et tout peut arriver dans le monde subjectif.

    Pas incompatibles j'ai dit ? Ouhlà, parfois si pourtant !

    Prenons l'exemple des personnes otherkin, puisque c'est un peu la catégorie de personnes dont je parle dans cette section de mon blog. Prenons l'expérience subjective de ressentir avoir le corps d'une autre espèce, au complet, sans plus ressentir le corps humain. Certans, pragmatiques, vont appeler cela « shift fantôme » ou « shift astral » et lui accoler un adjectif qualificatif comme « total » ou « très intense » pour bien décrire l'expérience. Car, objectivement, il est impossible de métamorphoser son corps physique (jusqu'à preuve formelle du contraire bien entendu, sans oublier qu'un témoignage n'est pas une preuve, et qu'à affirmation extraordinaire il faut des preuves plus qu'ordinaires hein...). D'autres vont distordre les connaissances que nous avons du monde physique objectif ( « un humain ne peut pas se métamorphoser car les humains ne sont pas des poulpes mimétiques » ) en fonction de leur ressenti subjectif, et affirmer, « je peux me transformer physiquement en loup ». Et ce, même s'il n'y a strictement aucune preuve matérielle du phénomène.

    C'est là que nous entrons dans ce que j'appelle la « subjectivité irrationnelle ». Peut-être que les psychologues et neurologues ont un autre nom pour ça (tout document complémentaire est bienvenu, les commentaires peuvent servir à ça aussi). Toujours est-il que ce genre de déni de la réalité objective du monde, au profit d'une subjectivité prise comme une Vérité Vraie Absolue(TM) est à mon avis malsain. Quand notre propre subjectivité va à l'encontre de l'objectivité, cela ne veut pas dire que l'objectivité a tort, mais que notre subjectivité a essayé de nous dire quelque chose à propos de nous-même et de notre manière de percevoir le monde. Si vous pensez que Macron est un reptilien parce qu'une vidéo compressée mal encodée lui donne des yeux blancs pendant 3 frames, cela vous renseigne, non pas sur l'existence de reptiliens, mais sur votre ignorance du processus d'encodage et de compression vidéo. Le Youtubeur Defakator a d'ailleurs fait la démonstration du processus dans une de ses vidéos, je vous laisse aller voir.

    Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Votre ressenti et vote subjectivité sont tout à fait légitimes. Mais là où il faut éviter de se laisser embarquer, c'est dans une interprétation faussée du monde.

    Si vous prenez tout un package de plein de ressentis et expériences subjectives et que vous en concluez : « de manière non-physique, je peux dire que je suis un dragon de glace » tout va bien, cela n'entre pas en conflit avec le monde objectif. Personne ne peut prouver que vous êtes – ou pas – subjectivement un dragon de glace. C'est une affirmation non-scientifique, donc subjective, donc personne ne peut vous dire que vous avez tort, surtout que ça vous concerne vous-même personnellement. Il en est de même pour plein de points sociaux, comme les genres sociaux. Certes ils sont imposés en fonction de l'aspect de l'appareil génital à la naissance, mais objectivement, naître avec une vulve ne prédispose pas à faire la cuisine, tout comme naître avec un pénis ne prédispose pas à faire du foot. Il existe plein de chefs cuisiniers nés avec un pénis, et de footballeuses nées avec une vulve. Ces personnes existent, donc les rôles genrés dans lesquels on enferme les personnes sont bien subjectifs. De plus, ils changent en fonction des sociétés et des époques, ce qui démontre bien leur subjectivité et leur construction sociale. Tout ce qui existe physiquement, c'est un appareil génital externe à la naissance. Quelques centimètres cube de chair, qui se situent loin du cerveau, n'ont aucune influence sur le développement neurologique et cérébral des individus durant leur enfance et après. C'est le comportement des gens autour en fonction de cesdits centimètres cube de chair, qui varie. Et ça, c'est entièrement subjectif.

    Tant que votre subjectivité n'entre pas en conflit avec le monde objectif, elle n'est pas mauvaise. Et même lorsqu'elle le fait, elle est légitime. Il est légitime de ne pas comprendre, ou de mal comprendre, le monde qui nous entoure. Il est légitime d'avoir des opinions, une morale, une éthique, et qu'elle clashe avec le monde objectif. Mais vous ne pourrez jamais prétendre que le monde objectif est autrement que ce qu'il est, sous prétexte que votre subjectivité est mécontente.

    Vous avez un château de nuages de mille pièces au murailles de mille mètres de haut, quelque part dans le plan astral ? C'est votre subjectivité et elle est légitime. Je n'ai aucune obligation d'y croire, et aucun compte à vous rendre si dans MA subjectivité, c'est MON château. Et inversement. Mon point de vue et mes ressentis m'appartiennent, les vôtres vous appartiennent.

    Par contre si votre subjectivité vous dit que la Lune est faite de fromage, même si votre sentiment d'avoir raison est légitime, il reste que c'est absolument faux objectivement parlant. Toutes les observations faites, les échantillons étudiés, montent que la Lune est faite de rochers. Vous aurez beau avoir la plus grande conviction du monde du contraire, cela ne changera rien aux faits. Mais, peut-être que dans un des nombreux mondes accessibles par la subjectivité, il en existe un avec une Lune de fromage ? Sûrement il en existe un. Mais ce n'est pas celui dans lequel nous vivons objectivement et physiquement.

    Moi-même, j'ai une spiritualité très active et de profonds sentiments religieux. Je vis dans une subjectivité remplie de licornes, dragons, qilins, fées, esprits de la nature, cerfs magiques et arbres immortels. Je peux faire des expériences spirituelles dans certains lieux, avec certaines personnes. Je tire les tarots. Mais je n'oublie pas que, ce que je ressens, ce que je vis, c'est mon monde à moi, ma subjectivité. Elle reste bien réelle pour moi, et mes ressentis sont bien légitimes. Mais, ce ne sont pas des preuves de l'existence physique de toutes ces choses. Ce ne sont pas une raison objective de consommer uniquement des produits labellisés Bio ou de refuser de consommer de la chair animale. Ces décisions peuvent être réalisées de manière objective – par l'étude des effets de l'utilisation de produits phytosanitaires de synthèse, par l'étude de l'impact écologique de la consommation de viande, par une observation des effets psychologiques de l'élevage industriel sur les animaux élevés – mais le ressenti subjectif d'une divinité de la nature ou de l'existence des fées, ce n'est pas une raison objective. C'est une raison légitime, mais subjective. Et comme elle est subjective, elle m'est propre. Je pourrai étaler mes raisons objectives à une autre personne, afin d'avoir une base commune de discussion. Mais mes raisons subjectives, je ne pourrai qu'en témoigner. Je ne pourrai pas les transmettre, car la subjectivité est propre à chaque personne.

    Régulièrement je confronte ma subjectivité à l'objectivité du monde. Et quand ça clashe, je sais que ça veut dire quelque chose au sujet de ma propre personne, et pas au sujet du monde objectif.

    Je ne suis pas anti-spiritualité, bien au contraire, je trouve que c'est quelque chose de sain et de précieux. Mais j'y pose la condition de la remettre en question sur les points où elle entre en conflit avec le monde objectif, afin de réfléchir à la différence entre le monde physique et notre sens moral ou notre interprétation du monde. J'y pose cette condition car j'ai pu observer que faire plier la subjectivité devant l'objectivité, donne des résultats bien moins désastreux que l'inverse.

    C'est ce qu'on appelle la démarche scientifique.

    Et puisque vous lisez ces lignes, que vous utilisez Internet et un appareil technologique permettant d'en afficher les informations, c'est que vous utilisez avec allégresse les produits de cette science et de cette objectivité.

    C'est donc pas si mal que ça, la méthode scientifique.

    Une petite vidéo pour la route...


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :