• 2018-05-17 Otherkin et autiste, le changelin des temps modernes

    Otherkin et autiste, le changelin des temps modernes

    J'ai pu observer – et en discutant avec d'autres personnes cette observation a pu être confirmée – qu'il y a une plus forte proportion de personnes autistes dans les communautés alter-humaines que dans la partie classiquement humaine de la population. Cela peut être dû à, soit un biais car les personnes autistes partagent plus facilement sur Internet par écrit que des personnes qui ne le sont pas ; soit à l'effet aliénant de l'autisme, via un sentiment de venir d'ailleurs ainsi que le rejet par le reste de la population, surtout par la famille proche. Rare en effet sont les familles qui vont spontanément demander un diagnostic pour un enfant à l'intelligence normale ou supérieure, sans compter le biais du manque de diagnostic des personnes autistes assignées fille à la naissance. D'ailleurs à ce propos, les changelins sont plus souvent des garçons que des filles – tout comme l'autisme est plus facilement diagnostiqué chez les garçons que chez les filles. Les parents, devant cet enfant étrange, réagissent plus souvent en cherchant à forcer par l'éducation ou la punition un comportement « normal » et « acceptable » – plutôt que de chercher à voir un spécialiste de l'autisme à ce sujet. La psychanalyse est aussi passée par là, à affirmer que l'autisme est une névrose ou une psychose causée par le comportement des parents, ce qui n'aide personne et encore moins les autistes. Tout ça pour dire que les enfants autistes vont souvent s'attirer les foudres de leur entourage, ainsi que des maltraitances de toutes sortes.

    L'Histoire nous a aussi montré que les premières communautés otherkines étaient liées aux elfes et aux fées. J'ai trouvé le parallèle fascinant.

    Les légendes des changelings (ou changelins en français) rassemblent tous ces traits : autisme, maltraitance – torture – meurtre des enfants, et le fait de ne pas être humain car venant du royaume des fées et des elfes (ou autre créature magique en fonction de la région : troll, tigre, etc.).

    Voici quelques points communs plus détaillés entre l'autisme, et les fées ou les changelins.

    Pour empêcher les fées d'enlever un enfant, il est conseillé de mettre du sel ou des graines ou autre grand nombre de petits objets au niveau des portes et des fenêtres. En effet les fées ne peuvent pas s'empêcher de se mettre à les compter. Or, l'autisme va souvent avec des TOCs, les plus visibles d'entre eux étant des TOCs de rangement ou de comptage. (même si la majorité des TOCs concernent des pensées intrusives) Un autre moyen de prévenir l'enlèvement par les fées est d'utiliser des plantes à l'odeur forte ; les autistes ont souvent des hypersensorialités et peuvent ne pas supporter certaines odeurs.

    La religion tient les changelins à distance – les autistes vont souvent se tenir à distance de la religion.

    Un changelin a un appétit qui est anormal pour un être humain, il va consommer beaucoup de nourriture mais restera maigre. De même les enfants autistes qui ont des problèmes avec la texture des aliments vont souvent réclamer beaucoup de nourriture sous l'effet de la faim, mais si la texture n'est pas satisfaisante ils ne vont pas la consommer et restent maigres. C'est un peu moins vrai de nos jours où il est plus facile d'avoir accès à de la nourriture très riche en graisses et sucres, avec un vaste panel de textures, goûts et couleurs. Avant l'industrialisation de l'alimentaire, cela devait être un vrai calvaire à vivre dans une famille campagnarde et pauvre.

    Les changelins s'expriment d'une façon étrange et maniérée, qui ne concorde pas avec l'âge qu'ils auraient s'ils avaient été des « vrais enfants ». De même les personnes autistes vont avoir des stéréotypies de langage et répéter comme un perroquet des paroles entendues ailleurs, ce qui peut faire qu'un enfant autiste va parler comme un vieillard s'il a souvent entendu des vieilles personnes parler.

    Les changelins sont très mal à l'aise et réagissent fortement à tout ce qui sort de l'inhabituel. Au lieu d'en rire, ils en expriment de la détresse ou de la curiosité. Pareil pour les personnes autistes, qui peuvent exprimer une très grande détresse à la vue du moindre changement dans leur environnement ou dans leurs routines de vie. Cela peut aller jusqu'à exprimer de la terreur devant ce qui sort de l'ordinaire. L'humour, lorsque cela ne concerne pas des jeux de mots, peut aussi être très dur à comprendre pour une personne autiste, et entraîner un malaise. Autant de réactions qui sont étranges et intrigantes pour des personnes non-autistes – et servent à détecter les changelins.

    Parfois les changelins montrent qu'ils maîtrisent un instrument de musique ou autre activité de précision, mieux souvent que ses parents humains. Il arrive qu'un enfant autiste développe très rapidement d'excellents capacités pour une occupation qui le passionne, au détriment des autres aspects de sa vie.

    Les changelins peuvent aussi être éternellement silencieux – certains autistes ne peuvent pas communiquer de manière verbale – éternellement rêveurs – les autistes ont du mal à se concentrer à regarder le visage de leur interlocuteur, donnant l'impression d'être « ailleurs » durant la conversation – et incapables d'émotions humaines – les autistes n'expriment pas leurs émotions d'une manière que les personnes non-autistes parviennent à déchiffrer et comprendre, ce qui donne la fausse impression que les autistes n'ont aucune empathie.

    Les légendes des changelins se terminent quasiment toutes par la mort du changelin dans des conditions atroces, battu, torturé, brûlé ou enterré vif. L'enfant humain n'est que rarement retrouvé. Là encore il y a un triste parallèle à effectuer avec les trop nombreux faits divers où des parents maltraitent et torturent jusqu'à la mort un enfant handicapé, en affirmant que cet enfant handicapé leur « vole » l'enfant « normal » qu'ils auraient dû avoir.

    Un autre moyen de se débarrasser du changelin est de ne pas s'en occuper, sa « vraie mère » revenant le chercher juste avant sa mort. Plus il hurle – et les changelins hurlent plus que les enfants humains – mieux c'est. Même parallèle que pour le point précédent : beaucoup d'enfants handicapés sont encore de nos jours négligés par des parents déçus de ne pas avoir un enfant « normal », au point parfois d'en mourir. Des fois il suffit qu'un bébé pleure un peu « trop » au goût de ses parents, pour enclencher la machine de maltraitance. Un changelin est un bébé qui pleure « trop ».

    De toute façon, le changelin peut être un morceau de bois ou une statue de cire, et n'a aucune âme, donc le tuer n'a pas d'importance. La même chose a été dite plusieurs fois dans le passé pour justifier l'extermination des personnes handicapées, dont des autistes. Par exemple Hans Asperger a participé à ce massacre.

    Une autre manière de récupérer le « vrai » enfant est d'aller voir les fées et de faire beaucoup de bruit de manière discordante, ce que les fées ne supportent pas. Les autistes non plus d'ailleurs.

    Lorsqu'un enfant volé par les fées est recouvré, il passe le reste de sa vie à chercher à retourner parmi les fées. Les autistes aussi, ne se sentent pas à leur place parmi les « mortels » et passent beaucoup de temps à trouver un environnement qui leur convienne. Et ce, même lorsqu'ils parviennent à interagir avec le reste de la société – au prix d'incommensurables efforts et d'une fatigue inouïe.

    De véritables personnes, enfants et adultes, ont été torturés et tués par des prêtres sous prétexte d'être des changelins. Martin Luther a lui-même mentionné un changelin dans la ville de Dessau, décrivant ce que de nos jours nous appellerions un enfant autiste non-verbal exprimant ses émotions d'une manière non-conventionnelle. Le prêtre local a affirmé que l'enfant n'avait pas d'âme, et après 1 an d'exorcisme, il est décédé. En 1690 en Suède, un événement rare s'est produit : des parents ont été condamnés par la justice pour avoir laissé mourir de froid un « changelin » durant la nuit de Noël.

    En 1895, un fait divers dans les Îles Britanniques expose la torture et le meurtre d'une femme de 26 ans, accusée d'avoir été remplacée par un changelin. Elle était simplement tombée malade. Elle s'appelait Bridget Cleary.

    Lors du 19ième siècle, les meurtres de « changelins » font progressivement place à la maltraitance de personnes en situation de handicap. La situation a-t-elle beaucoup évolué depuis ? Regardez les faits divers des journaux et lisez les forums otherkin ou posez-y des questions. Mais préparez votre boîte de mouchoirs avant. Car si le nom et les prétextes ont changé, les attaques restent bien réelles.

    Ah et au passage, les contes des changelins décrivant des personnes autistes datent pour certains d'avant la chrétienté. Donc si vous avez besoin d'une preuve que l'autisme est causé par autre chose que les vaccins... Les légendes sur les changelins suffisent.

     

    Sources :

    Terri Windling, The Stolen Child : Tales of Fairy Changelings, 2003. Accessible sur < http://www.terriwindling.com/folklore/changelings.html >. Consulté le 17 mai 2018.

    AFP, Le Dr Asperger aurait activement coopéré avec les Nazis, 2018. Accessible sur < https://informations.handicap.fr/art-asperger-nazis-collaboration-853-10773.php >. Consulté le 17 mai 2018.

    D. L. Ashliman, Changeling Legends from the British Isles, 19 mars 2013. Accessible sur < http://www.pitt.edu/~dash/britchange.html >. Consulté le 17 mai 2018.

    D. L. Ashliman, Changelings, 3 septembre 1997. Accessible sur < http://www.pitt.edu/~dash/changeling.html >. Consulté le 17 mai 2018.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :