• 2018-10-12 Ce que ça signifie être otherkin, d'après une personne qui ne veut pas y croire

    Ce que ça signifie être otherkin, d'après une personne qui ne veut pas y croire

    Avec des commentaires de la traduction !

    Que signifie être otherkin ? Il ne semble pas qu'il y ait de consensus clair à ce sujet dans la communauté otherkin, où une multitude de divisions existe afin de savoir quel nombre de kintype ou d'indentification une personne peut avoir, le type de kintype qu'une personne peut avoir, et quel est le statut métaphysique de la créature elle-même et sa relation avec a personne. Ces divisions ne causent pas nécessairement de disputes, car beaucoup d'otherkin, même si ce n'est pas le cas de tous, s'accommodent d'une variété d'interprétations dans leur propre vision du monde.

    La communauté peut être discutée de bien des façons, étant donné les divisions existantes, mais je vais procéder en séparant le tout par ce que j'ai pu voir comme étant les distinctions les plus importantes dans la communauté. Premièrement, il y a des otherkin qui affirment n'avoir qu'une seule identification, des otherkin qui affirment en avoir plusieurs, et d'autres qui affirment en avoir beaucoup. Deuxièmement, il y a des distinctions faites entre les otherkin et les fictionkin, c'est-à-dire, entre les otherkin qui s'identifient en tant qu'une créature réelle, et celles qui s'identifient en tant qu'une créature mythique. Il y a des otherkin qui croient qu'une personne peut avoir une identification avec une créature soit réelle soit mythologique, avec les représentations de ces créatures, et avec des personnages de séries et de livres. Troisièmement, il y a un grand nombre de façons différentes de comprendre le statut ontologique de la créature en elle-même. Certains pensent que c'est leur esprit ou leur âme, certains affirment que c'est un guide spirituel, et il y en a encore d'autres qui l'interprètent comme étant le résultat de quelque chose de psychologique. Il y a aussi ceux qui croient que c'est une combinaison de plusieurs choses. Certaines personnes dans a communauté pensent que leur identification est purement métaphorique, mais je vais les exclure dans le présent article parce que ces otherkin ont un panel de croyances bien différentes du reste de la communauté.

    Un kintype, plusieurs kintypes

    Il semble que la majorité des otherkin n'ont qu'une seule identification, un plus petit nombre affirme en avoir quelques-unes, et un groupe encore plus petit affirme en avoir beaucoup. Ce dernier groupe semble être en conflit avec le reste de la communauté, car une collection toujours croissante de kintypes semble être en conflit avec les notions de base du fait d'être otherkin. Car si plus d'un kintype est permis, en avoir plus d'un certain nombre, ou en rajouter de nombreux avec le temps, ne l'est pas. La restriction semble être le résultat d'un certain engagement ontologique, qui sera discutée plus loin.

    Des kintypes à-travers les mondes

    Certains otherkin sont très vagues à propos de ce qui peut constituer un kintype, tandis que d'autres restreignent le champ des possibles aux créatures réelles, et d'autres encore ont un point de vue entre les deux. Il y a des loupkin, des angekin, des féekin, des dragonkin, des démonkin, des narutokin, des tigrekin, et bien d'autres, allant de personnages de fiction à des animaux réels actuellement vivants. Parmi les otherkin, il semble y avoir une plus grande tolérance envers les animaux réels (passés et présents) et les créatures mythologiques, et moins de tolérance envers les personnages de fiction comme les personnages d'anime. Là encore, cette différence peut être due aux différentes ontologies auxquelles adhèrent les otherkin.

    Le statut ontologique des kintypes

    Comme discuté ci-dessus, les points de vue sur le nombre de kintypes que peut avoir une personne et le type de créature à laquelle on peut s'identifier semble dépendre du statut exact de ces créatures. Malheureusement, le nombre d'ontologies otherkin entraîne une confusion et des contradictions, ce qui peut compliquer encore plus certains aspects des croyances otherkin.

    Un lien spirituel

    Bon nombre d'otherkin affirment que leur identité est spirituelle, se décrivant souvent comme ayant l'âme d'une créature non-humaine. La question demeure quant à savoir comment quelqu'un pourrait avoir une âme non-humaine, au-delà des questions de base concernant l'existence des âmes. Une réponse potentielle pourrait être la notion que les otherkin ont de la réincarnation d'un animal. L'engagement ontologique envers la réincarnation demande des explications supplémentaires, mais de manière plus importante, cette réponse limite le champ des kintypes possibles aux créatures ayant réellement existé – l'explication par la réincarnation élimine tous les fictionkin. Et, si on considère que les âmes sont des objets immatériels, comme elles sont traditionnellement vues, elles ne sont pas sujettes à la division. Donc, les otherkin qui affirment avoir plus d'un kintype doivent s'engager soit dans l'idée d'avoir plusieurs âmes, soit abandonner l'idée d'une ontologie d'identification spirituelle. (NdT : à moins de rajouter des croyances supplémentaires, comme par exemple, en de multiples réincarnations) Pour finir, au contraire d'autres croyances qui présument de l'existence d'âmes, les otherkin avec cette ontologie ne croient pas que tout le monde a le même type d'âme (NdT : à moins de rajouter la croyance que certaines vies passées laissent une empreinte plus forte dans l'âme) et en conséquence, que la population humaine est constituée de personne avec une âme humaine (ou pas d'âme), et de personnes avec une âme non-humaine. Comment il est possible de distinguer ces âmes, n'est pas clair, ni comment quelqu'un peut déterminer la nature exacte de son âme.

    Nous devons aussi considérer l'ontologie de l'identification spirituelle dans sa relation avec le kintype. Alors qu'il est communément accepté qu'être otherkin n'est pas un choix, l'idée contredit clairement d'autres idées à propos des otherkin, comme le fait que la naissance d'une personne arrive avant la création de la créature fictive à laquelle elle s'identifie. Il semble absurde de dire que quelqu'un puisse naître avec l'âme d'un personnage de fiction créé des années après sa naissance. En conséquence, l'ontologie de l'identification spirituelle restreint les kintypes aux créatures déjà existantes au moment de la naissance de la personne otherkin.

    En creusant un peu plus loin dans l'ontologie de l'identification spirituelle, on voit que les otherkin citent en diverses occasions la théorie du multivers comme une manière d'expliquer le fait d'avoir des kintypes mythologiques (NdT : ou issus d’œuvres de fiction) ce point de vue étant que dans d'autres mondes ces créatures existent ou ont existé, leur âme étant à présent dans la personne se situant dans notre monde. Néanmoins, cela contredit deux aspects fondamentaux de la théorie du multivers. Premièrement, tous les univers obéissent toujours aux mêmes lois de la physique, et secondement, il ne peut pas y avoir d'interactions entre ces univers.

    Il y a deux théories du multivers centrales qui tentent d'expliquer à la fois le Big Bang et les lois de probabilité qui gouvernent la matière à un niveau quantique. La première suppose que l'univers enchaîne plusieurs phases durant lesquelles l'univers naît, s'effondre, et explose à nouveau en un nouvel univers, en une longue chaîne causale connectée. D'après ce point de vue, de nombreux univers ont existé avant le nôtre, et de nombreux vont le suivre. L'autre théorie du multivers suppose que, à chaque fois qu'un électron est dans une situation de superposition, c'est-à-dire, qu'il a 0,5 chance d'être soit dans un spin up soit dans un spin down, toutes les deux possibilités sont réalisés dans deux univers différents. Le résultat est une infinité d'autres univers, croissant rapidement alors que des milliers de milliards d'électrons entrent en superposition à chaque instant. Aucune de ces théories du multivers ne permet la possibilité d'autres mondes dans lesquels des créatures mythologiques peuvent exister, car tous les univers supposés dans ces théories obéissent toujours aux mêmes lois physiques. De plus, il n'y a pas d'interaction possible entre ces univers. Pour finir, les deux théories du multivers sont hautement controversées et nous n'avons aucune preuve de leur véracité.

    (NdT : les otherkin adhérant à l'hypothèse du multivers, adhèrent en général à une version dans laquelle, un nombre infini d'univers existe en même temps, dans lesquels toutes les choses imaginables et même encore plus, existent, et que ces univers sont reliés entre eux à un niveau subtil et non-linéaire. Et que donc, il est possible que l'âme d'un personnage s'incarne en plusieurs exemplaires dans notre monde, puisqu'il en existe une infinité d'exemplaires, tous avec des différences plus ou moins grandes, et qu'après ces incarnations, une personne ou plusieurs personnes « captent » la vie d'une de ces versions et en fassent une œuvre de fiction, déclenchant l'identification au personnage, de toutes les versions réincarnées en parallèle dans notre plan.)

    Une identification psychologique

    Les otherkin parfois affirment qu'être otherkin est une identité, et que c'est le résultat d'effets psychologiques (NdT : ou neurologiques) qui les amènent à se sentir non-humains. Les otherkin vont occasionnellement (NdT : souvent) mentionner la « dysphorie d'espèce » qui en découle. (NdT : ou plutôt qui les amène à s'identifier comme non-humain) Ce point de vue semble à priori impossible à moins de traiter le fait d'être otherkin comme un désordre ou une hallucination. (NdT : cela montre que l'auteurice n'a pas grande connaissance en matière de santé mentale et de diagnostics psychologiques) Étant donné la complexité et le mystère actuel qui entoure la science du cerveau (NdT : non...) il n'y a rien dans la neurophysiologie ou la psychologie humaine qui puisse suggérer que la croyance qu'on soit un animal soit vraie dans quelque sens que ce soit. Au contraire du genre ou de l'identité ethnique, qui sont le résultat de la combinaison de facteurs biologiques, psychologiques et culturels, l'identité otherkin est, de manière vérifiable, quelque chose qui n'est ni dans nos gènes, dans notre psychologie, ni dans notre culture. Comment est-ce que le cerveau pourrait être affecté d'une manière à produire dans une personne les sentiments qu'elle est non-humaine, est qu'est-ce qui va rendre ces sentiments légitimes d'une façon importante ? Mettre l'expérience otherkin en des termes physiques, biologiques et psychologiques risque de undermine l'identité otherkin, car on pourrait, dans notre étude du cerveau, ne trouver aucune preuve d'une différence entre les cerveaux des personnes qui s'identifient comme otherkin et les personnes qui ne le font pas.

    (NdT : non, et à tellement de niveaux ! Référez-vous aux quelques articles que j'ai commentés sur le sujet, et gardez en tête que ce n'est qu'un très faible pourcentage de ce qui a été publié ! L'auteurice de cet article n'a pas fait ses recherches sur le sujet. Il y a de nombreuses explications psychologiques et neurologiques possibles. De plus, les arguments avancés ici sont les mêmes que ceux avancés par les personnes transphobes concernant l'identité de genre, ce qui ajoute de l'incohérence à ce paragraphe.)

    Un lien de guidance

    Cette ontologie otherkin particulière est moins commune, et de mon point de vue, ne se réfère que vaguement au cœur des croyances otherkin. Je la mentionne parce que, à moins que les otherkin avec cette ontologie n'aient une connexion personnelle avec des pratiques culturelles pré-existantes en tant que membres des sociétés natives américaines, cette vision me semble hautement approriative. La croyance en des guides spirituels ou des animaux-totems n'est pas limitée à ces groupes, mais étant donné l'histoire Occidentale et le génocide et la conversion de certains groupes ayant ces croyances, n'importe quelle personne blanche Nord Américaine qui adhère à ce que j'appelle l'ontologie de la guidance spirituelle devrait reconsidérer la chose.

    (NdT : cela montre que l'auteurice n'a que peu de connaissances en la matière, car, d'une part, la possibilité d'un guide spirituel peut se retrouver dans de nombreuses cultures partout dans le monde, et d'autre part, le lien otherkin n'a rien à voir avec un animal-totem ou autre croyance culturellement spécifique)

    Conclusion partielle

    Il me semble que la seule ontologie acceptable pour les otherkin est l'identification spirituelle, mais ce point de vue limite grandement le système de croyance otherkin. Les otherkin qui s'engage dans ce point de vue du monde doivent alors expliquer l'existence de leur âme animale sans réincarnation s'ils prétendent être fictionkin, et n'importe quel otherkin affirmant avoir plusieurs kintypes devrait alors d'engager à avoir plusieurs âmes. Tous les otherkin avec ce point de vue devaient avoir à expliquer comment différents types d'âme existent et comment elles peuvent se retrouver dans la population humaine.

    (NdT : un article somme toute très orienté, cherchant à démontrer qu'être otherkin est impossible, en faisant du « cherry picking » de données et en appliquant des logiques différentes à des populations différentes en fonction de ce qui sert le plus le point de vue soutenu.)

    L'épistémiologie des otherkin

    Une question liée au fait de ce que ça veut dire être otherkin – comment obtient-on la connaissance du fait d'être otherkin ? La majeure partie de la communauté otherkin est d'accord sur le fait que ce sont les sentiments qui sont la source primaire de cette connaissance. Néanmoins, il y a un débat dans la communauté à propos de se tromper au sujet d'être otherkin, et un autre au sujet de se tromper à propos de son kintype. Les émotions qui sont à la base de cette connaissance sont, clairement, relativement indignes de foi. Sans un moyen extérieur de vérifier ses propres sentiments, chaque otherkin tâtonne donc dans le noir à la recherche de son kintype – une personne peut penser être aiglekin mais être en réalité dragonkin, les deux kintypes se basant sur des ontologies complètement différentes. (NdT : bizarrement cela ne dérange personne lorsqu'on parle de genre, de religion, de relations amoureuses, de goûts artistiques... De plus, si l'auteurice n'avait pas à ce point biaisé son raisonnement, cette situation ne serait aucunement aberrante. Pour finir, il y a là une incompréhension totale de ce qu'est un kintype. En effet, un kintype n'est pas inhérent à la personne, mais est une interprétation à un temps donné des ressentis de la personne.) Contrairement à d'autres systèmes de croyances qui offrent des vérifications externes aux expériences que l'on fait, comme les Vedas qui expliquent leurs expériences spirituelles par la méditation, il n'y a pas de vérification externe possible des otherkin au-delà des autres otherkin, qui n'ont que leurs propres expériences comme référence. (NdT : ce qui est faux, car toute activité cérébrale peut être étudiée par électroencéphalogramme, et il n'y a là pas de différence avec la communauté transgenre sur ce sujet, et bizarrement, l'auteurice approuve la validité des expériences de ces personnes) La connaissance au sujet d'être otherkin et de quel est son kintype, semble alors être une négociation entre ses propres ressentis et le jugement des autres otherkin à propos de ces ressentis. (NdT : non pas du tout, cela dépend uniquement de l'interprétation que la personne fait de ses propres ressentis, comme en ce qui concerne l'interprétation de ses propres ressentis en matière de genre)

    Cela entre en contradiction directe avec la manière dont les quales sont généralement compris. Nous avons une expérience directe de nos états de conscience et de nos ressentis, ce qui nous donne une connaissance de nos statuts épistémiques concernant nos états de conscience et nos ressentis. Nous ne pouvons pas être confus à propos de nos sensations de douleur ou de faim, comment pourrions-nous être confus à propos du type de créature que nous sommes ? (NdT : de la même façon dont on peut avoir des difficultés à décrire à quelqu'un la manière dont nous percevons la douleur, les couleurs, de notre appréciation de différentes textures, de nos sentiments par rapport aux personnes autour de nous... Il arrive parfois à certaines personnes de confondre la faim et la nausée ! ) Il y a également la question de la connaissance à propos des spécificités de notre kintype. Si un otherkin ressent être dragonkin, qu'est-ce qui lui permet de s'identifier parmi la multitude des histoires existantes concernant les dragons ? Qu'est-ce qui empêcherait un dragonkin d'avoir un lien d’identification avec un dragon d'une histoire qu'il n'a jamais lue et pourrait ne jamais lire ? (NdT : la situation s'est déjà produite ! Il aurait suffit que l'auteurice lise un peu plus en détail les blogs et forums des personnes otherkin pour le découvrir.)

    Quelques remarques supplémentaires au sujets des sentiments, de la connaissance, et de la vérité. Les gens parfois ressentent une sensation dans un membre récemment amputé, qu'on appelle le syndrome du membre fantôme, mais ce sentiment ne veut pas dire que le membre est là. (NdT : il est également possible de ressentir des membres fantômes surnuméraires, ce n'est pas nécessairement lié à une amputation) Dans un cas étrange, un homme avec des blessures cérébrales pensait que son bras droit, jusqu'au coude, était celui de sa mère. (NdT : je ne vois pas le lien avec le propos ? Parce que à ce tarif, autant copier-coller le livre L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau...) Toutes sortes de choses bizarres proviennent de la confusion mentale et de l'hallucination. Je ne suis pas en train de dire qu'être otherkin est une hallucination, mais que même si on ne peut pas être confus à propos des émotions que nous ressentons, (NdT : l'auteurice n'a jamais rencontré de personne autiste, de toute évidence) nos sentiments n'ont pas de réalité au-delà de notre propre expérience. (NdT : et c'est exactement ce qu'affirment les personnes otherkin et dans une moindre mesure, les personnes transgenre. Pour paraphraser Dumbledore sous la plume de JK Rowling : c'est pas parce que c'est dans nos têtes que ça n'existe pas ! )

    Source du texte traduit : http://i-dostillwrong.tumblr.com/post/160883610742/what-does-it-mean-to-be-otherkin


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :