• Mon interprétation personnelle

    Mon interprétation personnelle

    Voici l'interprétation que je donne des tapisseries, suite à une longue réflexion indiquée plus bas

     

    Ce qu'on sait des tapisseries (données historiques sûres)

    Comme nous le rappelle le site de La Licorne de Cluny (parmi d'autres), la date de conception est floue (vers 1500) et le commanditaire est probablement un Le Viste. La première personne à citer Zizim (le prince Djem) comme créateur est Georges Sand, d'esprit romanesque, probablement suite au roman de Guy Allard. Ou peut-être parce que Zizim a séjourné pendant trois ans au château de Bourganeuf, propriété du seigneur de Boussac, où Georges Sand admira les tapisseries. L'idylle avec une nièce de Guy de Blanchefort a pu amener dans l'esprit de Georges Sand la confusion avec Marie de Blanchefort.

     

    Georges Sand, de bonne foi, nous induit pourtant en erreur...

    Dans son article publié dans l'Illustration, Georges Sand décrit les tapisseries en faisant quelques erreurs. Notamment, elle omet la présence du lion. Elle ne se souvient plus (ou n'a pas fait attention) aux différences flagrantes entre les différentes Dames. Elle prend les armoiries des le Viste pour des armoiries turques (d'où confusion avec Zizim). Focalisée sur le personnage romancé de Zizim, et sa mythique idylle chrétienne, elle confond la coupe du « Goût » avec les accessoires du baptême.

    Ainsi les « on-dits » rapportés par Georges Sand, couplés à ses erreurs de mémoire, ont-ils été amplifiés au fur et à mesure du temps, devenant vérité historique dans l'esprit des gens.

    Georges Sand néanmoins fournit quelques indications précieuses pour mieux comprendre les tapisseries. Notamment, elles sont à l'origine au nombre de huit. Sur l'une des tapisseries, la Dame est assise de face ; sur une autre, elle est installée sur un riche trône. Toutes comportent des détails orientalisants.

     

    Le Roman de la Rose et les tapisseries

    En cherchant la signification de la série des huit tapisseries, je suis tombée sur des interprétations très ésotériques, basées sur le mythe Zizim-Blanchefort, mais aussi sur un avis qu'il m'a paru intéressant de creuser (haut de l'écran, remontez d'une ou deux lignes par rapport à l'ancre du lien) : la mise en parallèle avec le Roman de la Rose.

    Le jardin (livre en lien, pages 236 à 263 de la version pdf téléchargeable, aidez-vous de ce dictionnaire au besoin) est décrit comme oriental (« sarrasinesque ») ; or, les tapisseries montrent bien que les scènes se déroulent en orient : turbans, lion, licorne, singe et autres animaux exotiques. Toutes sortes d'animaux et de plantes sont visibles dans le jardin, dont des arbres buissonnants et d'autres au tronc très haut et effilé. Or, les arbres des tapisseries sont représentés soit en buissons, soit avec un tronc très long.

    Différentes Dames vivent dans ce jardin :

    Dame Oyseuse (page 233) est décrite comme blonde avec le nez droit, une fossette au menton, des yeux de faucon, la bouche petite, le cou large et long. Elle tient un miroir, passant ses journées à se parer, et est coiffée de façon compliquée. Elle est vêtue d'une robe d'orfrais (tissus d'or et d'argent). C'est la tapisserie de la Vue.

    Tapisserie de la Vue

     

    Dame Liesce (page 241, page 245) chante. Belle comme une rose, elle a le front blanc, de grands yeux rieurs, des cheveux blonds luisants, une petite bouche. Elle est vêtue d'orfrois. C'est la tapisserie de l'Ouïe.

    Tapisserie de l'Ouïe

     

    Dame Courtoisie (pages 243 et 260) est vaillante. Claire comme la lune, elle est gentille et aimable avec tous. C'est la tapisserie du Toucher.

    Tapisserie du Toucher

     

    Dame Biauté (page 251) est belle et claire comme la lune, blanche comme un lys. Ses cheveux blonds sont longs jusqu'aux talons et ses yeux sont doux. C'est la tapisserie du Goût.

    Tapisserie du Goût

     

    Dame Richece (page 252) est puissante. De haute naissance, tous cherchent à la servir et à lui rendre honneur, bien qu'à sa cour, nombreux sont les médisants. Sa robe est pourpre à orfroi ; elle porte un riche collier, une pierre à sa ceinture, un cercle d'or sur ses cheveux. C'est la tapisserie du Seul Désir (« Mon Seul Désir » devenant le nom de la tente remplie de richesses).

    Tapisserie du Seul Désir

     

    Dame Largece (page 256) est assise bien droite. Très bien éduquée, elle donne à tous, riches ou pauvres, argent et nourriture. Et plus elle donne, plus elle a. Sa robe est d'un pourpre oriental, ouverte, laissant voir sa « gorge », sa « chair » et sa chemise : elle a donné le fermoir. Ses cheveux sont défaits et elle est servie par un chevalier. C'est la tapisserie du Trône.

    Dame Franchise (page 258) est blanche comme la neige. Elle a de longs cheveux blonds. Simple comme une colombe, vêtue d'une fine souquenille (longue blouse) blanche, c'est la tapisserie de la Dame de Face, caressant le lion et la licorne.

    Dame Jonesce (page 261) a le visage clair et luisant. Très jeune (12 ans à peine), elle aime jouer. C'est la tapisserie de l'Odorat.

    Tapisserie de l'Odorat

     

    Conclusion

    En replaçant les six tapisseries restantes dans leur contexte d'origine (huit tapisseries), et en écartant les hypothèses demandant trop d'interprétation, on parvient à une interprétation d'ensemble plus rationnelle : la représentation des personnages d'un roman populaire à l'époque, le Roman de la Rose.

     

    Sources

    http://www.licornedecluny.com/docdamlicorn.htm
    http://www.canalacademie.com/L-histoire-de-Djem-surnomme-Zizim.html
    http://www.amisdegeorgesand.info/tapissbouss.html
    http://www.canalacademie.com/Le-prince-Zizim-et-la-douce.html
    http://www.bleublancturc.com/Turqueries/Tour_Zizim.htm
    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Dame_à_la_licorne#cite_ref-2
    http://books.google.fr/books?id=tMgFAAAAQAAJ&printsec=frontcover&source=gbs_v2_summary_r&cad=0#v=onepage&q=&f=false
    http://www.larousse.fr/encyclopedie/oeuvre/Roman de la Rose/141396

     

    Les illustrations sont des cartes postales achetées au Musée de Cluny puis scannées, sauf pour les deux dessins faits par moi


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :