• Qui je suis

    Ici sont rassemblées divers questions auxquelles j'ai répondu. N'hésitez pas à poser les vôtres par le formulaire de contact !

  • Interview

    Cet interview était censé être publiée sur un autre site, mais à cause de mon manque de diplôme assis (diplomatie, haha...) dans ma formulation de certaines remarques (façon "bulldozer veut vous aider avec votre château de cartes") la publication n'a pas eu lieu. Plusieurs semaines se sont écoulées depuis, et comme les 90% c'est moi que je les ai écrits, je me permets de le publier. Si y'a des protestations dans la salle, envoyez-moi un chtit message !

     

    1 - Zamikoniel Zemakoniel, peux-tu te présenter ?

    Je suis Zamikoniel, "celui qui voit", Zemakoniel, "celui qui est aimé". Je suis une licorne d'une espèce proche du quilin chinois et qui s'appelle le xiniu, mais la plupart du temps je me contente de "licorne", c'est plus simple. Je me suis "éveillé" à mon identité non-humaine durant ma petite enfance : ça a commencé à la maternelle et la réalisation m'a vraiment frappé de plein fouet durant la primaire. Depuis, je ne me sens pas bien si j'essaye de mettre cette identité de licorne au placard.

    J'ai longtemps cru que j'étais fou ou une sorte de furry un peu extrême, jusqu'à découvrir la communauté otherkin.

     

    D'un point de vue humain, mon premier quart de siècle a été une longue tragédie dont je suis en train de me remettre petit à petit. Je garde espoir dans le futur, car j'ai réussi à tenir bon jusqu'à présent, grâce à mon identité de licorne.

     

    2 - Pourquoi es-tu sur le forum Howl-of-silver-wings ?

    Je me suis inscrit sur le forum afin de pouvoir être en contact avec d'autres otherkins et me sentir moins seul. J'apprécie l'ambiance "famille" du forum ainsi que les débats philosophiques, scientifiques ou pseudo-scientifiques que nous y avons. Même si nous nous disputons, les gens y sont d'une ouverture d'esprit et d'une tolérance rares. J'apprécie cette communauté.

     

    3 - Pour toi, être Otherkin, ça signifie quoi ? Qu'est-ce que c'est le kintype ?

    Être otherkin, c'est avoir une identité non-humaine, quelle qu'elle soit, et quelle qu'en soit l'origine. Cette identité peut être mythologique ou réelle, d'origine spirituelle ou psychologique, vivante ou non. Elle s'accompagne d'un sentiment de ne pas être dans le bon corps ou dans la bonne vie, avec parfois des souvenirs d'une autre vie. L'important est qu'elle vienne de l'intérieur, qu'elle ne soit pas un rôle qu'on joue, et qu'elle soit sans cesse remise en question ou réexaminée afin de correspondre le mieux possible à soi-même. Dit comme ça, ça a l'air compliqué, mais en fait c'est très simple. C'est comme quand on est amoureux : quand on l'est, on le ressent, on le vit, mais on ne peut pas l'expliquer. L'important est d'être honnête avec soi-même.

     

    Le kintype (on dit aussi thériotype pour les "therians", c'est-à-dire ceux qui s'identifient à un animal terrestre) est l'identité non-humaine. On peut en avoir plusieurs. L'important est d'être honnête avec soi-même et de chercher l'étiquette qui colle le mieux à ce qu'on ressent.

     

    4 - Est-ce que toutes les "licornes-kin" sont pareilles ?

    Est-ce que tous les humains sont pareils ? Est-ce que toutes les feuilles d'un même arbre sont pareilles ?

     

    La réponse à toutes ces questions est : "non".

     

    D'un point de vue psychologique, il n'y a pas deux individus identiques, surtout dans une espèce aussi complexe que l'être humain. Comme tous les otherkins ont un corps humain, ils ont aussi la même complexité cérébrale et sont donc tous aussi uniques que les humains non-otherkins.

    D'un point de vue historique, il y a des dizaines d'espèces de licornes et autres créatures similaires. Rien n'oblige ni ne force deux licorne-kins d'être de la même "espèce".

    D'un point de vue spirituel, les souvenirs que nous gardons de nos vies antérieures, peuvent varier énormément d'un individu à l'autre. Certains ne se souviennent de rien, certains vont se souvenirs de certains détails, certains vont se souvenir d'autres. Et les vies que nous avons vécues sont toutes uniques.

    Donc même si deux licorne-kins appartiennent à la même "espèce", elles n'auront pas la même mentalité dans cette vie, ni les mêmes types de souvenirs, ni la même perception d'elles-mêmes. Elles seront donc différentes.

     

    5 - Tu as dit : « la licorne c'est moi parce que toutes les deux nous n'existons pas ». Mais ce n’est pas une licorne comme on en voit au cinéma, pas vrai ? Peux-tu expliquer à nos lecteurs ce que, toi, tu vois à travers le mot « licorne » ?

    Comme je l'ai dit précédemment, je suis une licorne de type xiniu, un genre de qilin, la "licorne" chinoise - une "espèce" parmi des dizaines d'autres. Alors que la licorne du cinéma, le cheval avec une corne, est apparu simplement parce qu'il est plus facile de dresser un cheval qu'un cerf, une chèvre ou une antilope.

     

    La licorne que je suis a à la fois de la fourrure et des écailles, une corne unique et des bois de cerf, des ailes de chauve-souris et des flammes aux épaules, des panses de ruminant et un nombre impair (trois) de sabots à chaque pied. C'est un mélange de rhinocéros blanc, d'antilope saola et de cerf élaphe, le tout enroulé dans une esthétique chinoise et saupoudré d'un peu de magie. Ou en tout cas, c'est la perception que j'en ai au moment où j'écris ces lignes. En effet je ne me suis pas toujours perçu de cette façon.

     

    Je me suis perçu tantôt étalon tantôt jument. Je me suis perçu couleur cuivre, cuivre oxydé, bleu roi, ou blanc et or. Je me suis perçu avec des ailes de plumes ou de chauve-souris, une queue de cheval, de lion ou de boeuf. Je me suis perçu avec ou sans bois de cerf, avec ou sans moustache et barbe.

     

    Vous voyez, on ne peut jamais être 100% certain de toutes les caractéristiques de son kin-type. Il faut rester en permanence à l'écoute de soi-même. Et si un jour je ne me sens plus licorne, mais humain, ainsi soit-il, tant que je reste honnête avec moi-même.

     

    6 - Peux-tu nous raconter un expérience ou une émotion de ta vie de licorne ?

    L'hypervigilance est une émotion que j'ai et que j'associe à mon identité de licorne. Le fait d'être toujours sur ses gardes, de toujours vouloir regarder autour de soi. Je ne supporte pas avoir des gens en-dehors de mon champ de vision, cela m'angoisse. En particulier quand ces gens se déplacent silencieusement. De plus, je sursaute au moindre bruit. Certains jours, ma propre ombre m'effraye. C'est très pénible à gérer sans médicaments, très épuisant. Cela m'empêche de me concentrer correctement : mon attention est tout le temps partagée entre la surveillance de mon environnement, et mes tâches quotidienne.

    Des fois, je parviens à baisser ma garde et à me concentrer, mais je le paye le prix fort : la moindre interruption me fait faire un bond et pousser des cris, sans compter les vagues de panique.

     

    Je suis une proie toujours à l'affut du danger. Et le pire, c'est quand la terreur me paralyse. C'est vraiment handicapant au quotidien, professionnellement parlant.

     

    7 - Tu rumines et tu te frottes : pas trop dur à gérer au quotidien ? Comment ça se passe dans ta vie de couple ?

    Les frottements, je les gère plutôt bien. Je considère tout ce que j'aborde en-dehors de chez moi, comme des choses qui ne m'appartiennent pas, donc je ne ressens pas le besoin de m'y frotter. Et depuis que je suis installé dans mon propre appartement, les compulsions sont moins fortes : je suis vraiment chez moi, je n'ai plus besoin de sans cesse réaffirmer ma possession de mes objets personnels. Alors que quand je vivais chez mes parents, je ne me sentais pas chez moi, et je me frottais souvent à mes affaires.

     

    Le plus dur à gérer ce sont les ruminements, car c'est très mauvais pour les articulations des mâchoires. Plus je rumine, plus j'ai mal aux articulations - à terme, cela peut provoquer de l'arthrose et pire encore. Ce n'est pas quelque chose que j'arrive à contrôler - je me contente de porter une gouttière très épaisse, comme les protections pour les dents à la boxe, dès que le besoin se fait sentir.

     

    Cela ne m'a jamais gêné dans ma vie de couple : mon compagnon m'a toujours connu comme ça, avec ma manie de parfois frotter mes joues aux siennes en guise de baisers. Si ça le dérangeait, il ne m'aurait pas épousé

     

    8 - Tu as une technique pour donner une forme physique à tes membres-fantômes ? Pourquoi c'est important pour toi de te rapprocher un peu de ton corps d'avant ?

    Un membre fantôme, par définition, n'a pas de forme physique. On le sent, c'est tout.

     

    Pour éviter d'en souffrir, j'essaye de les visualiser le plus nettement possible, et de les bouger. Cela apaise les douleurs. Aussi, étudier l'anatomie des animaux, m'a aidé à comprendre où sur mon corps humain, j'étais censé sentir telle ou telle portion de tel ou tel membre. Ainsi, je peux effectuer des projections et distorsions mentales, au lieu de paniquer parce que les proportions et les articulations ne correspondent pas.

     

    Je ne sais pas si on peut dire que c'est important ou pas. Ce n'est pas comme si je pouvais contrôler leur apparition ! Mais c'est important de trouver un moyen de se sentir bien malgré la différence entre le corps ressenti, non-humain, et le corps physique, humain. Sans cela, on a du mal à se déplacer dans l'espace, on est maladroit, on a des douleurs, et on se sent mal à l'aise dans son corps.

     

    Pour le moment je n'ai pas besoin de porter des prothèses pour me sentir bien, mais certaines choses me manquent quand même. Je fais avec, ou plutôt sans : de toute façon, je n'ai pas le choix.

     

    9 - Tu as dis aussi : « Nous sommes tous liés. Nous sommes éternels. ». Cela signifie-il que tout les être vivants sont liés par quelque chose et ce de manière infini ? Peux-tu développer ton idée ?

    Lorsque j'avais écrit cette phrase, si j'ai bonne mémoire, je parlais principalement des licornes, mais il est vrai que c'est valable pour tous les êtres vivants.

     

    D'un point de vue social, tout ce que nous faisons agit sur les autres êtres vivants autour de nous, et se répercute ainsi dans l'espace et le temps, éternellement.

    D'un point de vue biologique, sur une même planète, tous les êtres vivants naissent les uns des autres dans une continuité de la vie. La vie ne s'est jamais interrompue depuis la première cellule vivante sur Terre. Avant la naissance de mon corps humain, les cellules de mon embryon étaient vivantes. Et les cellules germinales de mes parents étaient vivantes elles aussi, avant de fusionner. Et le corps de mes parents était vivant, et leurs embryons, et les cellules germinales de leurs propres parents, et ainsi de suite. C'est une vie continue depuis la première cellule vivante, ininterrompue. La même vie qui anime mon chat, mes bonsaï, mon compagnon, les bactéries de mon panaris, ou moi.

    D'un point de vue spirituel, beaucoup de spiritualités insistent sur le fait que toutes les âmes, tous les esprits, sont issus de la même source, et continuent de perdurer au-delà de la mort du corps.

    Psychologiquement, tout cela peut être lié à la quête d'éternité de l'humain. Ne dit-on pas que les humains sont apparus au moment des premières tombes ? Ces tombes sont la transcription de la croyance en une spiritualité, en une vie après la mort. Et à-travers l'Histoire, tous les humains continuent de chercher, d'une certaine façon, l'immortalité. Alchimie, médecine, religion, oeuvre artistique ou politique, tout le monde cherche à continuer d'exister pour toujours. C'est inscrit dans la structure cérébrale humaine. Être une licorne, c'est mon immortalité à moi.

     

    10 - Si tu devais donner un message aux personnes qui se découvre Otherkin, quel serait-il ? Quel conseil donnerais-tu aux personnes qui ne comprennent pas ton existence ?

    Aux gens qui se découvrent otherkin : pas de panique ! C'est tout à fait normal. Il y a des dizaines d'explications possibles, de la spiritualité à la psychologie. Explorez-les toutes, allez à la rencontre de vous-même, et ne prenez pas tout ça trop à coeur ou au sérieux. Les deux seules choses dont on peut vraiment être certain dans la vie, c'est le moment présent, et le fait que notre corps est mortel. Autant en profiter un max et éviter de se ronger les sangs, non ?

     

    Aux personnes qui ne comprennent pas mon existence : vous n'êtes pas obligés d'y croire. Je vous demande juste d'accepter que mon identité, s'est formée différemment de la vôtre. Si je suis comme ça, c'est qu'il y a une bonne raison, même si c'est "juste" ma structure cérébrale qui déraille. Mais j'ai besoin d'y croire, pour mon propre équilibre psychologique. Alors, si ça vous dérange, on peut tout à fait parler d'autre chose !  


    5 commentaires
  • C'est quoi otherkin, pour toi ?

    J'avais déjà répondu à ces questions ailleurs, je vous en fais la traduction.

    Qu'est ce que ça veut dire pour toi, être otherkin ?

    Pour moi ça veut dire que, à cause soit de mécanismes psychologiques, soit pour des raisons spirituelles ou des problèmes (ou pas…) durant le processus de réincarnation, ou n'importe quelle combinaison de ces facteurs et d'autres encore, je me suis retrouvé avec une identité non-humaine. Ou, comme le formulent les anglophones, je m'identifie EN TANT QUE une créature non-humaine, et pas simplement À une créature non-humaine. Pour ma personne ces causes sont (liste non exhaustive) : l'incapacité de mon cerveau humain à supprimer l'empreinte laissée sur mon âme par une précédente vie ; quelque chose dans ma structure neurologique qui fait que le "je suis humaine dans ma tête et pas seulement dans mon corps" ne fonctionne pas de la manière habituelle ; un manque drastique d'interactions sociales avec des humains qui cause un manque, une faiblesse dans ma construction mentale du "je suis humaine" ; un mécanisme de survie inconscient développé pour faire face aux abus de mon enfance ; etc. etc.

    Est-ce que ça impacte ta vie quotidienne ?

    C'EST ma vie quotidienne. Mais ça ne veut pas dire que toute ma vie tourne autour de "je suis un qilin pas une humaine". Cela veut dire que mon point de vue sur ma propre vie et sur le monde qui m'entoure est un peu étrange. Cela veut dire que parfois mon comportement peut être vu comme plus animal que "civilisé". Cela veut dire que mon cerveau est "en manque" de la sensation que pourrait donner le fait d'avoir un corps de qilin. Cela veut dire que la proprioception que j'ai de mon corps humain est toute bizarre pour moi, comme un déguisement ou un robot de chair et d'os. 

    Cela veut dire que mon cerveau re-crée les sensations d'avoir un corps de qilin, ce qui fait que parfois je réagis comme si ce corps de qilin était tout autour de moi (c'est ce qu'on appelle des "membres fantômes") c'est-à-dire que lorsque je ressens fortement mes bois, je peux garder mon cou tendu et crispé pour soutenir leur poids (même si je sais que ce n'est pas nécessaire car ils ne sont pas physiquement présents) ou je peux sursauter en passant une porte parce que mon cerveau me dit "à cause de la taille de tes bois et la hauteur de cette porte, ça ne passe pas et là tu es en train de te cogner les bois aux murs alors recule ça passe pas et en plus tu as mal au cou". C'est un mécanisme inconscient, je ne joue pas la comédie, je ne fais pas exprès quand ça arrive. Mais je peux faire en sorte de ne pas sur-réagir et garder le contrôle pour que ça n'arrive pas tout le temps ou au moins, que ça ne m'empêche pas de vivre. Rassurez-vous, une fois que la logique reprend le dessus, je passe les portes sans problème. C'est valable en particulier pour les environnements qui me sont familiers.

    Si tu ne croyais pas être otherkin, qu'est-ce qui serait différent ?

    Et bien, si "s'identifier EN TANT QUE créature non-humaine" n'était pas nommé "être otherkin" et que la communauté otherkine n'existait pas, j'hésiterais entre "je suis furry allez on va se déguiser, écrire des histoires, faire plein de dessins et s'amuser !" et "oh là là je suis cinglée j'espère que ça ne se voit pas…" (et non, pour info, ça ne se voit pas de l'extérieur). Aussi, je pense que je n'oserais pas tenir un journal sur ces sensations et sentiments étranges qui font mon quotidien. J'aurais continué à brûler mes journaux comme je l'ai fait des années durant.

    Est-ce que c'est quelque chose à quoi tu t'identifies ?

    Otherkin ce n'est pas s'identifier À c'est s'identifier EN TANT QUE, c'est AVOIR UNE IDENTITÉ DE.

    Un peu comme, "être un joueur de foot" veut dire "jouer au foot" et pas "aimer le foot, porter des vêtements de foot et boire dans un mug en forme de balle de foot tous les matins". On peut jouer au foot ET aimer porter des vêtements de sport, mais le simple fait de porter des tenues de foot ne va pas changer quelqu'un en un joueur de foot.

    Une tentative de te connaître toi-même ?

    C'est l'inverse. C'est parce que je me connais moi-même que je suis capable de calmement et posément mettre tous les indices ensemble, tout mettre à plat et m'observer, me concentrer sur l'image mentale / spirituelle que j'ai de moi-même, en toute honnêteté. 

    Un titre ?

    Si par "titre" tu veux dire que c'est quelque chose qu'on gagne et qu'on peut exhiber, porter, en être fière, et bien non. Ce n'est pas un titre mais une étiquette.

    Un peu comme on met des étiquettes sur sa propre sexualité, comme "homosexuel.le" ou "hétérosexuel.le" ou "bisexuel.le" ou "pansexuel.le" ou plein d’autres trucs, pour que les gens nous comprennent mieux. Ce n'est PAS comme "Docteure en physique nucléaire" qui est un titre qu'on doit gagner afin d'avoir le droit de l'utiliser.

    Une lumière dans les ténèbres que sont l'inconnu ?

    La seule "lumière dans les ténèbres de l'inconnu" que je connaisse, c'est une encyclopédie. Parce qu'avec une encyclopédie, tout devient "connu" et donc il n'y a plus de "ténèbres de l'inconnu".

    Un rocher d'assurance sur lequel t'accrocher dans cette réalité toujours changeante et impardonnante ?

    La réalité c'est rigolo. En plus, nous sommes forcément accroché.e.s dedans à 100%. On ne peut y échapper.Mieux vaut mettre ses deux pieds sur le sol et regarder les choses en face. La réalité c'est ce qu'on peut étudier et mesurer et sur quoi on peut faire des expériences reproductibles à l'identique. La réalité c'est la science. La réalité c'est les autres personnes avec lesquelles nous interagissons La réalité est "impardonnante" parce qu'on ne peut pas faire de "ctrl+z" pour effacer ou annuler des trucs.

    Mais la réalité est pleine de choses super sympa aussi. Pas seulement des trucs mauvais. Voir en priorité les évènements désagréables ça n'a rien à voir avec le fait d'être otherkin. C'est lié à des maladies comme la dépression et d'autres conditions mentales et psychologiques. Bien sûr on peut être en dépression, penser que le monde est noir cruel méchant caca beurk, et ne PAS être otherkin. On peut être otherkin et ne PAS être en dépression. Il peut y avoir un lien entre les deux (PEUT, il n'y a pas de preuve indiscutable et irréfutable obtenue en faisant des tests en double-aveugle sur des échantillons suffisamment représentatifs d'individus). Mais il n'y a PAS de lien direct de causalité.

    Juste une croyance ?

    Si tu veux dire "est-ce que je peux croire que les otherkins existent ?" sache que cette question est aussi stupide que "est-ce que je peux croire que les personnes dépressives existent ?" parce qu'il y A des gens comme ça. Ce qui ne veut pas dire que toutes les personnes qui se disent otherkin le sont. De même que toutes les personnes qui se disent "Asperger" ou "schizophrène" ou "dyslexique" ne le sont pas forcément. 

    Si tu veux dire "est-ce que otherkin est uniquement une affaire de spiritualité et de croyances ?" la réponse est NON. Il y a une composante spirituelle dans le fait d'être otherkin, mais il y a également des explications psychologiques pour cet état. Le fait qu'il y ait une dimension spirituelle peut être vu comme une conséquence directe du fait que nous sommes tous physiquement des membres de l'espèce Homo sapiens sapiens. Et cette espèce est bien connue pour sa capacité à développer des croyances, religions, superstitions, spiritualités, rituels…

    Ce qu'il est important de retenir et qu'on ne peut pas DÉCIDER que "à partir de maintenant je crois que je suis otherkin". Ça ne marche pas comme ça. Ça ne marche pas comme ça. Tout comme être baptisé.e dans une certaine religion, ne va pas automatiquement donner la foi dans cette religion. Mais ça se passe à un niveau plus profond, parce que cela touche à la perception de soi-même, ça ne concerne pas le fait de suivre des règles communautaires ou écouter l'enseignement spirituel de telle ou telle personne. Au contraire, si tu rencontres quelqu'un.e qui te dit "je peux t'aider à dévoiler ton côté otherkin" avec des rituels et des enseignements, enfuis-toi ! Ce n'est pas comme ça que ça marche. Seules l'analyse de soi, l'observation de soi, ce genre de choses, marchent. (ce qui veut dire qu'on peut te donner des conseils sur COMMENT s'auto-analyser, mais que personne ne peut te dire qui ou quoi tu es à part toi-même).

    Est-il dans ta nature d'être otherkin ? Ou es-tu otherkin ?

    Est-il dans ta nature d'être humain.e ? Ou es-tu humain.e ?

    Physiquement nous sommes tou.te.s humain.e.s avec un cerveau humain. C'est comme ça, impossible de le changer. Mais qui ou quoi nous sommes tout au fond de nous, mentalement et spirituellement, c'est ça le petit truc différent.


    votre commentaire
  • Interview fictionkin

    Es-tu fictionkin d'une espèce ou d'un personnage ?

    Je suis fictionkin d'une espèce, j'habite un lieu spécifique d'un monde spécifique. Il est probable que le nom « local » de mon espèce soit la tricorne mais rien n'est certain à ce sujet, l'auteur Walter Moers restant plus que discret au sujet de ce qu'est la tricorne, et au sujet des espèces « gentilles » habitant ma Forêt.

     

    De quel monde fictif proviens-tu ?

    Je viens de la Zamonie, qui est l'ancien continent sur lequel se trouvait entre autres l'Atlantide. Le continent aurait disparu (d'après les livres) au cours du 20ième siècle, lors d'une transition dimensionnelle.

     

    Où vis-tu en particulier ?

    Je viens de la Grande Forêt du Nord de la Zamonie, hantée par la Sorçaraignée.

     

    À quoi ressemblent tes shifts ?

    Aux shifts classiques d'une qilin (licorne chinoise) : membres fantômes (cornes, oreilles, ailes, queue…) et changement de mentalité pour quelque chose de plus féroce et terrifié en même temps.

     

    Quel type de fictionkin est-tu ? Réincarnation ? Univers parallèle ? Autre ?

    Je suis la réincarnation d'une qilin (tricorne ? ) de la Zamonie, telle qu'elle apparaît dans les livres. Je ne connais pas de différences entre ce que j'ai comme « souvenirs » de la Zamonie, et ce que j'ai pu en voir dans les livres. Mais il faut dire que les livres ne s'étendent pas sur ma Forêt donc je ne peux rien affirmer à 100%.

     

    En quoi le fait d'être FICTIONkin affecte ta vie quotidienne ?

    J'ai la chance – ou la malchance – de provenir d'un coin peu connu d'un monde peu connu donc j’échappe aux chocs que peuvent vivre des gens comme les fictionkins de la Reine des Neiges (pour ne citer que cette oeuvre populaire). Heureusement pour moi j'ai rencontré une personne provenant du même univers que moi ce qui me permet d'échanger sur le sujet. Et puis comme je sais que les prochains livres de « mon » auteur ne parleront pas de ma Forêt, je n'ai pas l'attente fiévreuse de ses prochaines publications. En fait être fictionkin n'a rien de transcendantal pour moi.

     

    Si tu le pouvais, retournerais-tu dans ton monde d'origine ?

    Bien sûr, comme tout le monde. Encore que, quand on voit ce qui se passe dans les livres, la fuite de l'Atlantide pour une autre planète, la disparition de la Zamonie au complet dans une autre dimension… il y a sans doute une menace quelque part pour que tout le monde fuie comme ça. Serait-ce vraiment une bonne idée que de « rentrer » maintenant ? Je me le demande…

     

    Est-ce que des personnes que tu connais en-dehors d'Internet savent pour ton identité 'kin ?

    Non, je n'ai dit à personne que je suis fictionkin. Je veux dire, c'est déjà assez compliqué d'expliquer ce que c'est que d'être otherkin, alors fictionkin, vous pensez donc !

     

    As-tu des souvenirs de ton autre « toi » ?

    Non, pas vraiment. Rien de transcendantal.

     

    Portes-tu quelque chose, un objet qui te rappelle ton identité ?

    Oui, je porte actuellement un médaillon représentant une licorne – à défaut de trouver un bijou en forme de qilin.

     

    Est-ce que tu participes à des forums à propos de ton oeuvre d'origine ? Pourquoi ?

    Et bien, étant donné qu'il n'y a pas de forum en anglais ou en français, le tour est vite fait, c'est non. Et de toute façon, ça serait un peu trop bizarre je pense, je ne parlerais que de tricornes ou de la Grande Forêt et ce n'est pas ça qui intéresse les gens car ce n'est pas là que l' « action » des livres se passe.

     

    Y a-t-il des différences entre tes ressentis et ton oeuvre d'origine ?

    Étonnament, il y en a très peu – mais comme je l'ai déjà dit, il y a si peu de choses qui sont dites sur la Grande Forêt et les tricornes, que c'est facile d'en faire le tour. Le peu qui est dit colle à mes ressentis.

     

    Rêves-tu parfois de ton identité fictionkin ?

    Jamais. Je rêve très peu d'ailleurs sur des sujets en rapport avec mon identité 'kin, qu'elle soit other- ou fiction-. Mon inconscient a sans doute d'autres chats à fouetter…

     

    Est-ce que ton éveil fictionkin a changé ta manière de vivre ?

    Pas le moins du monde, heureusement pour moi ! Ça s'est passé tout naturellement, j'étais plus surpris-e que choqué-e. J'ai eu de la chance sans doute, car pour d'autres fictionkins le choc peut parfois être sévère.

     

    Depuis quand sais-tu que tu es kin ?

    Depuis longtemps déjà. Je me sais « autre » depuis la maternelle, je me sais « licorne » depuis l'âge de 7-8 ans, « qilin » depuis l'âge de 27 et fictionkin depuis cette année.

     

    Si tu as des shifts, qu'est-ce qui les déclenche ?

    Les émotions fortes me font perdre le contrôle de moi-même. Mes soucis de santé aussi peuvent déclencher des shifts mentaux. Pour finir, mes membres fantômes se font sentir surtout quand je me sens bien.

     

    As-tu des ami-e-s fictionkin ? Peut-être du même univers ?

    J'ai quelques ami-e-s fictionkin, oui, dont un du même univers que moi. C'est rassurant de ne pas se savoir seul-e à être dans la même situation. Et puis c'est amusant de parler de mon monde avec quelqu'un qui comme moi le ressent de l' « intérieur ».

     

    Est-ce que ton canon est ton oeuvre préférée ?

    Pas du tout. Je ne connaissais pas la Zamonie avant qu'on me conseille de la lire, et les livres ne sont pas devenus mes préférés depuis. Ils sont bien écrits, je dois l'avouer, mais je préfère d'autres auteurs et d'autres histoires.

     

    As-tu des « compagnons de tête » ?

    Je ne pense pas que les entités que je croise durant mes méditations comptent comme des « headmates ». Nous ne partageons pas le même espace mental après tout.

     

    Te sentais-tu différent-e avant de trouver ton canon d'origine ?

    Oui, je me suis même cru-e otherkin pendant un temps, jusqu'à trouver mon oeuvre d'origine. Cela n'est pas dérangeant et j'aurais pu continuer très bien ma vie sans trouver mon canon d'origine. Même si maintenant que j'ai trouvé mon canon, c'est quand même plus fun et plus intéressant.

     

    Est-ce que certaines musiques te connectent à ton « autre toi » ?

    Pas vraiment. Je ne réagis pas trop à la musique, contrairement à d'autres personnes. Peut-être, à la rigueur, la musique bretonne ou les chants gaéliques (langages qui ressemblent un peu au zamonien) mais rien de très fort.

     

    Est-tu en couple ? Ta moitié sait-elle que tu es fictionkin ?

    Ma moitié sait que je suis otherkin mais pas fictionkin. Après tout, cela ne change pas grand-chose à ce que je suis et puis c'est un peu compliqué à expliquer. Nous sommes bien comme ça, pas besoin d'expliquer plus, notre connexion se fait à un autre niveau.

     

    Est-ce que ton régime alimentaire ressemble à celui de ton fictotype ?

    Pas du tout. Les qilins ne mangent pas de tofu ! Et je ne mange pas de foin ! Et puis j'ai longtemps mangé de la viande. Je mange donc comme un être humain de régime végétalien, non pas à cause de mon 'type mais parce que c'est un choix de vie humain.

     

    Est-ce qu'il y a quelque chose que tu détestes dans le fait d'être fictionkin ?

    Hum, sans doute le fait que beaucoup de personnes dans les communautés otherkins pensent qu'être fictionkin c'est « pas sérieux ». Mais je ne peux pas leur en vouloir, c'est vrai que c'est une situation particulière.

     

    Quel est ton blog fictionkin ou otherkin préféré ?

    Tous ! Le mien ! Aucun ! Je sais pas ! Joker ?

     

    Est-tu membre de forums 'kins ?

    Il m'arrive de poster sur des forums, oui, mais je ne suis pas un-e membre régulièr-e à cause de mes soucis de santé.

     

    Comment as-tu découvert la communauté fictionkin ?

    Une amie m'a conseillé de faire un tour sur un forum qu'elle venait de créer, et j'ai découvert des tas de gens plus ou moins sympas, plus ou moins recommandables… des gens normaux, quoi. Et j'ai découvert mon canon. Et c'était super.

     

    Est-ce que ton parcours professionnel ressemble celui de ton « autre toi » ?

    Plus ou mois, oui. Mon « autre moi » est un érudit, et j'ai fait de longues études. Mon « autre moi » enseigne aux plus jeunes, et j'ai donné des cours à domicile durant mes études. Coïncidences, ou pas, mais je préfère me dire que « c'était écrit ». C'est plus fun comme ça.

     

    Si tu n'utilisais pas le terme de fictionkin, comment te libellerais-tu ?

    Otherkin, tout simplement. Je ne suis pas humain-e à l'intérieur, comme vous autres. Ou therian peut-être car j'ai des ressentis assez « animaux » parfois. Ou les deux. Ou aucun. Qilin-kin, tout simplement ?

     

    Est-ce que tu joues à des jeux en rapport avec ton « autre toi » ?

    Non, je n'en ressens pas le besoin. Je préfère vivre, c'est bien plus cool.

     

    Allez, une petite citation de ton canon pour la route ?

    « La vie est trop précieuse pour la laisser au hasard »


    votre commentaire
  • Mes ressentis otherkin / fictionkin

    Je parle beaucoup dans mon blog de généralités sur les otherkins, mais je n'ai que peu de documents publics à propos de mes propres ressentis. Voilà l'occasion de corriger cela.

    Mes membres fantômes pour commencer. Parfois je ressens la présence de membres additionnels que ne possèdent pas mon corps physique, à savoir : une longue queue avec une touffe de poils au bout, des oreilles sur le dessus de ma tête, une crinière comme un lion, des crocs pointus, une corne au milieu du front, des bois de cerfs, des ailes en forme de nageoire ou d'ailes de chauve-souris. En plus de cela, je suis inconfortable avec mes jambes et mes pieds ; je ressens le besoin de marcher sur la pointe des pieds voir même sur le bout des orteils, je n'aime pas sentir le sol sous mes pieds, j'ai envie de marcher à quatre pattes, je ressens le besoin d'avoir des sabots au lieu de pieds… Et lorsque je suis vraiment détendu, cela va jusqu'au point de sentir avoir un corps de cheval de trait au lieu d'un corps humain (la sensation disparaît si je bouge ou qu'on me touche). Tout cela fait partie d'un phénomène de proprioception non-humaine et de membres fantômes surnuméraires.

    Ensuite, j'ai des pulsions instinctives qui ne sont aucunement logiques d'un point de vue humain. J'ai des envies soudaines et très fortes de manger des plantes dehors. Mais genre, des plantes qui ne sont pas comestibles pour les humains, comme des feuilles d'arbres, de l'herbe, des fleurs… Je ne le fais pas bien sûr, parce que cela risquerait de me rendre malade ou pire, mais j'ai quand même envie de le faire. J'ai aussi des envies de me frotter le visage et de donner des coups de tête contre les arbres lorsque je marche dans un parc ou en forêt, comme pour marquer mon territoire. Des envies de donner des coups de corne aux gens qui m'énervent. Tout cela je ne le fais pas, mais j'en ai quand même fortement envie…

    J'ai aussi des émotions particulières. Lorsque je regarde des vidéos ou autres représentations de bovidés, cerfs, gazelles, antilopes, girafes, okapis, licornes et autres qilin, je ressent un pincement au coeur et une familiarité encore plus fortes qu'en regardant des photographies de mon enfance ou de ma famille. Je ressens aussi une sorte de méfiance vis-à-vis de l'ensemble des êtres humains – bizarrement cette méfiance s'envole lorsque la communication passe par le chat, les forums ou le téléphone. C'est l'aspect « humain » qui me dérange. Je me sens en-dehors de cette humanité. J'ai du mal à comprendre et intégrer les enjeux humains de la vie. Je considère qu'il est plus important d'avoir des ami-e-s, de m'entendre avec les gens, d'avoir un toit au-dessus de la tête, d'apprécier mon travail, que d'accumuler des biens, oppresser les personnes différentes, ou chercher à obtenir une position de pouvoir. Et puis, je me sens constamment comme un animal traqué, comme une proie. Je suis tout le temps sur le qui-vive.

    J'ai, parfois, des impressions de déjà-vu et de familiarité. Avec certains types de végétation (forêts mixtes, forêts de chênes / bouleaux / hêtres, collines, lacs) notamment. Mais aussi, en lisant certains passages des livres de Walter Moers. Surtout en lisant les passages de « Bluebear » (Capitaine Ours Bleu en français) relatifs à la Grande Forêt et à la Sorçaraignée, ainsi qu'en regardant la carte des environs de la Grande Forêt.

    C'est pour cela que je me définis, non seulement en tant qu'otherkin qilin (licorne chinoise) mais aussi en tant que fictionkin de la Zamonie (continent décrit par Walter Moers dans ses livres). À cause de tous ces ressentis, de toutes ces expériences.


    votre commentaire
  • 65 questions inhabituelles

    As-tu déjà douté de l'existence d'autres personnes que toi ?

    Oui et non. Il m'arrive de douter que le monde autour de moi existe vraiment tel que je le perçois – et par extension, il m'arrive de douter que les gens autour de moi existent tels que je les perçois. Mais je ne doute pas qu'il existe d'autres consciences autour de moi et qui interagissent avec moi.

    Sur une échelle de 1 à 5, à quel point as-tu peur du noir ?

    Je dirais, 4. Je n'ai plus aussi peur du noir que dans mon enfance, mais j'aime beaucoup avoir une petite lumière (box internet, réveil…) dans la pièce où je dors.

    Quelle personne ne voudrais-tu jamais rencontrer ?

    LES personnes que je voudrais ne plus jamais rencontrer, ce sont les LGBT+ - phobes… J'aimerais bien pouvoir me promener dans la rue sans craindre pour ma sécurité tout le temps…

    Quel est ton mot préféré ?

    Euh, je sais pas… mais apparemment un mot que je dis souvent sur Facebook (test fait au 4 juin 2017) sont « nouvelle » et « chat ». Même pas « licorne ». Décevant…

    Si tu étais un arbre, lequel serais-tu ?

    J'hésite entre un bouleau, parce que je trouve ces arbres très beaux, et un chêne, pour la résistance.

    Quand tu t'es vu-e dans le miroir ce matin, quelle est la première chose que tu as pensée ?

    Que j'ai des sacrées cernes et une tête de zombie…

    Quel haut portes-tu maintenant ?

    Alors que j'écris ces lignes, un T-shirt droit noir ample.

    Comment te définis-tu ?

    En tant qu'alter-humain, je suis un otherkin qilin (licorne chinoise) et fictionkin de la Zamonie (univers des livres par Walter Moers).

    Éclairage fort ou faible ?

    Je préfère les éclairages tamisés, sauf lorsque je travaille sur quelque chose. Dans ce cas je préfère un éclairage fort mais uniquement sur mon plan de travail.

    Que faisais-tu à minuit la nuit dernière ?

    Je disais bonne nuit à mes potes sur internet afin d'aller me coucher.

    Ton âge préféré jusqu'à présent ?

    D'une certaine façon, c'était cool d'être au lycée. Les cours étaient sympas et j'avais pas trop de responsabilités et un bon bout d'indépendance. Par contre niveau santé c'était la galère internationale, et les relations sociales ou familiales, n'en parlons pas… Donc au final, je suis bien mieux dans le moment présent !

    Quelle est la dernière personne à t'avoir dit je t'aime ?

    Mon chat. Il passe son temps à me regarder en clignant lentement des yeux, en ronronnant et en bavant. En langage chat, ça veut dire « je t'aime ».

    Quel est ton pire ennemi ?

    Je ne sais pas vraiment quoi répondre à cette question. Il y a de nombreuses personnes qui me font du tort, soit à moi personnellement, soit à cause des communautés dont je fais partie. Dire laquelle est la pire, est très difficile, je ne sais pas trop dans quel ordre les classer…

    Quelle est ton fond d'écran actuellement ?

    Actuellement, c'est une licorne bleue avec des écailles et une longue crinière flottante. Après j'ai aussi un écran avec une photo de paysage qui est apparue là je ne sais pas comment et que j'ai un peu la flemme de changer, un écran avec une image inspirée du jeu Alice Madness Returns, et une tourelle de Portal façon steampunk.

    Aimes-tu quelqu'un ?

    J'aime même plusieurs personnes… mais pour les détails, c'est pas ici que vous les trouverez.

    Quelle est la dernière chanson que tu aies écoutée ?

    Bare grace misery de Nightwish. Ah non, la playlist vient de passer à Crownless.

    Tu peux appuyer sur un bouton qui va faire exploser une personne. Qui vas-tu faire exploser ?

    Ouhlà, très difficile question. Il y a plusieurs personnalités politiques dont j'aurais envie de me débarrasser, parce que ce sont des personnes qui vont à l'encontre de mes idéaux (contre les droits humains…) mais en choisir une seule… euh… qui empoisonne l'existence du plus grand nombre de gens ? Mhm…

    Qui voudrais-tu vraiment beaucoup frapper au visage ?

    Là encore, difficile de choisir ! J'ai quelques personnes en tête, mais c'est très dur de dire laquelle cela me soulagerait le plus si je lui envoyais mon poing dans la figure.

    Si n'importe qui pouvait être ton esclave pour la journée, qui serait-ce et qu'est-ce qu'iel aurait à faire ?

    J'hésite entre prendre une personne horrible, et la faire payer pour ses crimes – ou prendre une personne déjà en situation horrible, et l'affranchir…

    Quel est ton meilleur attribut physique ?

    Je dirais, mes yeux. Sérieusement. J'ai une couleur d'yeux très peu commune. Tellement peu commune que j'arrive toujours pas à trouver le nom de cette couleur (suivant les sources, je trouve des mots différents…) (en breton ça se dit glaz)

    Si tu présentais socialement dans un tout autre genre, à quoi ressemblerais-tu et que ferais-tu ?

    Je pense que je ressemblerais à un ours hipster en chemise à carreaux et bardé de produits Apple, et que je passerais ma journée dans un Starbucks à discuter de transhumanisme avec mes potes sur Facetime…

    As-tu un talent secret ? Si oui, lequel est-ce ?

    J'ai un talent secret (enfin, pas si secret que ça en fait) pour casser de la verrerie dès que je réalise une manipulation en laboratoire. Je ne fais pas exprès, j'ai juste beaucoup de maladresse.

    Quelle est une chose unique de laquelle tu as peur ?

    Si on se contente du monde des phobies, et bien, j'ai peur du noir. Moins qu'à une époque, mais j'en ai toujours quand même un peu peur.

    Tu ne peux manger qu'une seule sorte de sandwich. Tous les ingrédients possibles connus de l'humanité sont à ta disposition.

    J'hésite entre un sandwich falafel-crudités, parce que c'est super équilibré comme repas, et un bon sandwich pain de mie-beurre de cacahouète-confiture de myrtilles sauvages, pour la gourmandise…

    Tu viens juste de trouver 100€ ! Comment vas-tu les dépenser ?

    Je vais en mettre la moitié de côté (on ne sait jamais) et l'autre moitié, et bien, des trucs de licornes bien entendu.

    Tu viens de recevoir un billet d'avion gratuit pour n'importe où dans le monde, mais tu dois partir maintenant. Où vas-tu ?

    Comment ça ? Maintenant ? Tout de suite ? Pas le temps de me préparer ni quoi ni qu'est-ce ? Bon, si j'avais eu le temps de me préparer, j'aurais bien fait un tour du Japon (du côté des onsen et des sanctuaires) mais puisque apparemment je ne peux prendre aucun bagage, je crois que je vais aller à l'aéroport le plus proche de chez moi, et rentrer aussitôt par le premier bus. Ou Londres, tiens, c'est pas loin mais c'est exotique. Une demi-journée à Londres, histoire de faire du shopping à Cool Britania, et rentrer aussitôt par le train.

    …vous aurez compris que je déteste partir en voyage sans préparations…

    Un ange apparaît du Paradis et t'offre un ravitaillement à vie du breuvage alcoolisé de ton choix. « Sois spécifique jusque dans la marque » dit-il. Et bien ! Qu'as-tu à dire ? Même si tu ne picole pas c'est quelque chose à quoi tu peux réfléchir… qu'est-ce que ça va être ?

    Alors, et bien, j'hésite entre du cidre breton brut de pomme bio végane de la ferme de… je sais pas, un truc breton au pif, Redon… Ou bien, pour le fun, et même si je ne vais sans doute pas en boire plus d'une bouteille dans le reste de ma vie, du gin « unicorn tears » vendu sur Firebox. Oh attendez, ils vendent des mugs licorne et des théières licorne ? Et des pantoufles narval ! Même un mug narval trop choumignon ! Ooooh je VEUX le chandelier en forme de licorne qui pleure quand la bougie fond ! Et même une peluche de blobfish ! Et de livres geek ! Et… (part se perdre sur le site)

    Tu découvre une belle île sur laquelle tu peux construire ta propre société. Tu en fixes les règles. Quelle est la première règle que tu instaures ?

    Tu respecteras ton prochain en toutes circonstances.

    Quelle est ton interjection préférée ?

    J'en ai quelques-unes, comme « punaise », « la vache » ou encore « chouette ». Oui, c'est une vraie ménagerie !

    Ta maison est en feu, bon sang ! Tu as juste assez de temps pour te précipiter à l'intérieur et te saisir d'UN objet inanimé. Ne t'inquiète pas, tes proches et tes animaux de compagnie sont déjà en sécurité. Alors, qu'elle est l'unique chose que tu vas sauver de cet enfer brûlant ?

    J'ai envie de dire, un de mes livres sur les licornes, une de mes éditions rares. Mais je pense que par réflexe, je me saisirais d'un objet pratique, mon agenda, mon téléphone ou mon ordinateur.

    Tu peux effacer n'importe quelle horrible expérience de ton passé. Laquelle sera-ce ?

    Par esprit pratique, j'aimerais effacer ma rencontre avec l'une des personnes qui m'ont fait le plus de mal, dans l'espoir que cela ait comme conséquence que cette personne ne m'ait jamais fait le moindre mal.

    Tu viens de te faire jeter hors de ton pays parce que tu es un voyageur temporel barbare qui couche avec des célébrités et a des super-pouvoirs. Mais voilà un truc cool… tu peux aller n'importe où d'autre dans le monde !

    Alors, j'hésite entre Londres, ou les pays du Nord de l'Europe… Plutôt dans le Nord je pense. Question de respect des droits humains…

    Les Portes Célestes de l'Au-Delà se sont ouvertes, à ta grande surprise parce que tu ne pensais pas qu'elles existaient. La Mort apparaît. Et il s'avère que la Mort est en fait une entité assez cool, et qu'elle est de très bonne humeur. La Mort t'offre de rendre à la vie n'importe quel ami / membre de ta famille / personne / etc. de ton choix. Qui vas-tu ramener ?

    Ouhlà, alors j'hésite entre Bouddha, Confucius, Jésus… bref, j'hésite entre toutes les personnes qui se sont battues pour les droits humains et ont apporté un changement positif sur le monde. Peut-être bien Jésus tiens, puisque le monde chrétien attend son retour avec impatience. Histoire qu'il puisse se mettre à botter les culs des marchands du Temple de l'époque moderne. Et en version Raptor Jésus, s'il vous plaît. Parce que c'est plus impressionnant comme ça.

    Quel était ton dernier rêve ?

    Euh… je sais plus…

    Est-tu un/une bonne… [place ce que tu veux ici] ?

    J'espère être une bonne personne de manière générale.

    Es-tu déjà allé-e à l'hôpital ?

    Oui, plusieurs fois. J'ai eu des opérations sur un tendon, j'ai eu des radios, des scanners, j'ai eu des points de suture, j'ai fait un séjour d'une semaine également mais ça c'est une histoire assez compliquée et ridicule en même temps.

    As-tu déjà fait un bonhomme de neige ?

    Oui, plusieurs même. J'ai eu la chance de grandir dans une zone où il neigeait assez souvent. Enfin je dis « neigeait » parce que ça fait bien au moins quinze ans qu'il n'y neige presque plus (quelques centimètres sur tout l'hiver contre une couche permanente de 10-15 cm)

    De quelle couleur sont tes chaussettes ?

    Blanches. Des chaussettes de sport basiques.

    Quel genre de musique aimes-tu ?

    Le métal symphonique, le steampunk, la musique d'ambiance.

    Préfères-tu les levers ou les couchers de soleil ?

    Je préfère mon lit !

    Quel est ton parfum de milkshake préféré ?

    Je ne bois pas de milkshake. Mais j'aime bien les smoothies au lait de soja. Il y a un bar dans ma ville qui mixe les smoothies sur mesure, à la demande du client. J'aime bien demander un mélange de trois fruits d'un coup, je change à chaque fois en fonction de mon humeur.

    Quelle équipe de sport soutiens-tu ?

    L'équipe de quidditch moldu les Hermines de Rennes. Parce que la Bretagne, c'est cool. Vous avez remarqué comme dans TOUS les festivals, on trouve à chaque fois quelqu'un qui brandit le drapeau breton ? C'est cool comme esprit je trouve. Et puis le drapeau est cool. Et les hermines c'est cool. Et le quidditch c'est cool.

    …nan, en vrai je ne soutiens aucune équipe, je ne m'intéresse pas au sport.

    As-tu des cicatrices ?

    Entre les maltraitances, les accidents de la vie, et mon chat, oui, j'en ai pas mal.

    Que voudras-tu faire quand tu auras ton diplôme ?

    Retourner à l'école. Pour encadrer les élèves et les aider à s'épanouir au quotidien.

    Si tu pouvais changer une chose à ton sujet, qu'est-ce que ça serait ?

    J'aimerais que ma situation de handicap soit visible. Pour que les gens arrêtent de dire que je fais semblant, ou que je fais la comédie, ou que je suis paresseux-se et que je refuse de travailler.

    Peut-on te faire confiance ?

    Je fais de mon mieux pour aider les autres autour de moi et tenir mes promesses, et je ne promets pas ce que je sais que je ne peux pas faire. Donc oui, je pense qu'on peut me faire confiance.

    Si tu pouvais poser une question à ton toi futur, laquelle serait-ce ?

    À quel établissement dois-je m'adresser pour obtenir le poste que je souhaite obtenir ? Parce que bon, si je pouvais éviter de perdre mon temps et mon énergie à courir dans tous les sens après des gens qui vont me recevoir comme j'ai été reçu-e début de semaine, ça serait cool…

    Est-ce que tu es rancunier-e ?

    Oui et non. Ni pardon ni haine.

    Si tu pouvais accoupler deux animaux ensemble en dépit des lois de la nature, quel nouvel animal voudrais-tu créer ?

    Une licorne, bien évidemment. Ou un qilin. Il faudrait un mélange de… crocodile pour les écailles, d'hippotrague pour la taille et la forme de l'animal, ainsi que pour les crins, et en bidouillant un peu les cornes de l'hippotrague, il serait possible d'obtenir une corne unique au milieu du front. C'est jouable…

    Quelle est la plus étrange conversation que tu aies eue de toute ta vie ?

    N'importe quelle conversation avec des lycéens au sujet des choses du sexe. Entre « est-ce que les éléphants se masturbent avec leur trompe ? » et « est-ce que les préservatifs à la fraise existent parce qu'on peut ressentir du goût avec son vagin ? » c'est assez… haut en couleurs.

    Est-tu un-e bon-ne menteur-euse ?

    Non. Je mens très mal.

    Combien de temps peux-tu passer sans parler ?

    Je peux rester plusieurs jours sans produire le moindre son.

    Quelle a été ta pire coupe de cheveux ?

    C'était un jour il y a quelques années. J'avais les cheveux longs jusqu'à la taille et ma mère avait décidé qu'elle allait « me faire les pointes ». Elle s'est saisie de mes cheveux dans son poing, et a tout coupé d'un coup à la hauteur des épaules. C'était tellement mal fait, que c'était tout en créneaux, il y avait plein de mèches de plein de longueurs différentes, bref c'était l'horreur, j'ai une de mes tantes qui a passé une bonne heure a essayer de rattraper pour que ça ait l'air pas trop moche sans pour autant avoir à me faire une pixie cut (c'était tellement mal coupé à la base, que pour vraiment tout égaliser à la perfection, il aurait fallu me faire une pixie cut…).

    As-tu déjà cuisiné ton propre gâteau ? [d'anniversaire, je suppose]

    Pour certaines raisons, je déteste fêter mon anniversaire. Je pense que j'ai dû une année faire moi-même mon propre gâteau, mais de manière générale, je préfère ne pas fêter. Encore que, cette année, j'ai une idée d'un gâteau chocolat + crème de spéculoos…

    Peux-tu imiter des accents qui ne sont pas ton accent d'origine ?

    J'arrive un peu à faire l'accent québécois, un peu l'accent de Provence, un peu l'accent parisien. Il paraît que quand je parle italien, je fais l'accent roumain… mais ça, c'est involontaire.

    Qu'est-ce que tu aimes manger sur tes tartines ?

    Du beurre de cacahouète et de la confiture, de la pâte à tartiner au spéculoos, de la margarine et du chocolat noir, du tofu lactofermenté aux herbes, des pâtés de champignons ou d'algues…

    Quelle est la dernière chose que tu aies dessinée ?

    Si le coloriage compte : un mandala avec des cornes de licornes. Si c'est uniquement du dessin : une imitation d'une tapisserie de la Dame à la Licorne.

    Quelle serait la voiture de tes rêves ?

    Une mercedes ou une jaguar, tout automatisée, avec un système de conduite autonome. Ouais, je sais, j'ai des goûts de luxe.

    Est-ce que tu chantes sous la douche ? Ou fais la moindre chose inhabituelle sous la douche ? Explique-toi.

    Je me rince les cheveux au vinaigre de cidre après mes shampooings. Ça renforce les cheveux, c'est un répulsif pour les poux, et ça apaise les démangeaisons du cuir chevelu.

    Crois-tu aux aliens ?

    L'existence de formes de vies ailleurs que sur Terre me semble plus que probable, mais je ne pense pas que ces formes de vies soient nécessairement compréhensibles pour nous. Et je doute fortement qu'elles soient actuellement en train de nous observer.

    Est-ce que tu lis souvent ton horoscope ?

    Non.

    Quelle est ta lettre préférée dans l'alphabet ?

    Aucune.

    Qu'est-ce qui est le plus cool : les dinosaures ou les dragons ?

    Les dinosaures je pense, car on découvre de nouvelles choses sur eux tous les ans, et ça c'est plutôt cool.

    Que penses-tu des bébés ?

    Les bébés humains me fichent la chair de poule. Je les trouve mignons de loin, très flippants de près, et je déteste m'en occuper ou simplement les prendre dans mes bras. Par contre si personne d'autre n'est disponible, ma compassion naturelle reprend le dessus et je m'en occupe très bien. Mais à dose homéopathique s'il vous plaît.

    Bonus ! Pose n'importe quelle question à laquelle tu peux penser.

    Ma dernière commande Amazon c'était le « unicorn rescue kit », une boîte en carton avec une petite licorne en peluche à l'intérieur, et un mini-guide pour s'occuper de sa licorne. J'ai trouvé ça trop mignon, j'ai craqué, j'ai acheté.

    Source : j'ai perdu la source, si vous la retrouvez, hésitez pas à me la passer que je puisse l'ajouter.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique